septembre 30, 2022

Vos droits : un de mes voisins me fait vivre un enfer !

VOS DROITS. Chaque semaine, Maître Déborah Carmagnani avocate au barreau de Nancy répond aux questions des lecteurs de Ici c Nancy.
Voisin
Chaque lundi, les explications juridiques de Maître Carmagnani, avocate au barreau de Nancy répond aux lecteurs de Ici c Nancy - photo d'illustration crédit Frenchweb
La Question. Locataire d’un appartement dans Nancy, j’ai des soucis avec un de mes voisins sans savoir exactement lequel... Je m’explique j’ai des coups de sonnette en pleine nuit, j’ai constaté que mon nom avait été enlevé de ma boite aux lettres avec un autre nom réécris pour me vexer. Samedi soir, en descendant vers 20 h les escaliers avec de la famille venue me chercher, mon voisin du dessous a ouvert sa porte lors de notre passage dans les escaliers en nous hurlant dessus : « vous pourriez faire moins de bruit ! ».  Une personne présente lui a répondu : « mais on est juste en train de marcher », il a alors claqué sa porte très violemment. Les personnes m'accompagnant en ont été très choquées. Je soupçonne que les choses annoncées ci-dessus soient de son fait, mais je n’en ai aucune preuve...Murielle D.

maitrecarmagnani

La réponse de Maître Carmagnani, avocate au barreau de Nancy

On ne choisit pas toujours ses voisins. Et c'est bien dommage ! Car vivre au quotidien à proximité de personnes sans gêne ou irrespectueuses peut être un véritable enfer. Visites nocturnes, courriers à répétition, dégradations, nuisances volontaires... les agissements d'un voisin peuvent parfois être subis comme un véritable harcèlement.

De nombreux outils législatifs et réglementaires régissent les troubles de voisinage. En premier lieu, l'article 544 du Code civil: " la propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu'on n'en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements ". 

Il sert de fondement à la notion de trouble du voisinage, tout comme les articles 637 à 710 du même Code, définissant précisément les droits d'usage des propriétaires sur leurs biens. Autres références capitales : l'article R623-2 du Code pénal pour les affaires de tapage nocturne, l'article R. 1337-7 du Code de la santé publique pour le bruit en général, le règlement sanitaire départemental, les arrê­tés municipaux, ...

La première solution, de bon sens, consiste à entamer le dialogue avec lui, oralement ou par courrier, afin que ces troubles cessent. Contactez vos autres voisins pour savoir s'ils subissent également les mêmes nuisances.  

Si ces démarches amiables ne suffisent pas, vous pouvez tenter de faire intervenir un tiers afin que celui-ci tente de faire cesser le trouble. Ce tiers peut être le propriétaire (si votre voisin ou vous même êtes locataire), le syndic (si vous vivez en copropriété) ou le maire de votre commune. Vous avez également la possibilité de recourir à un conciliateur de justice afin que celui-ci tente de trouver une solution amiable au conflit de voisinage. Cet auxiliaire de justice bénévole officie à la mairie, à la maisons de justice et du droit ou au tribunal d'instance.

En cas d'échec, vous pouvez choisir de porter plainte lorsque les agissements que vous subissez sont constitutifs d'une infraction pénale. C'est notamment le cas du tapage injurieux ou nocturne, des menaces, des insultes, des violences, des dégradations de biens, ... Vous n'avez pas besoin de connaître l'identité de l'auteur des faits pour porter plainte: vous pouvez porter plainte contre un auteur inconnu. Les services de Police ou de gendarmerie tenteront ensuite de découvrir l'identité de l'auteur. Par contre, il vous faudra réunir les éléments constitutifs d'une infraction. Tous les agissements ne sont pas forcément constitutifs d'une infraction et sanctionné par le Code Pénal.

Enfin, en cas de dommage physique ou moral (dépression, accident, maladie, etc.) subi du fait de ce harcèlement, vous pouvez envisager une action en justice contre votre voisin en saisissant le tribunal civil afin de demander réparation de votre préjudice sur le fondement de l'article 1382 du Code civil. Mais dans ce cas, il vous faudra être sûr de l'identité de l'auteur des actes.

Une question juridique ? Faites nous parvenir un courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
17
Date : samedi 17 septembre 2022