juin 05, 2020

Neue Stücke ! La Semaine de la Dramaturgie Allemande débute à la Manufacture…

dramaturgie allemande manufacture nancyA partir de ce soir et jusqu’au 7 avril, le théâtre de la Manufacture en partenariat avec le Goethe Institut, Sciences Po Nancy et le Karlsruhe Staatstheater, met les auteurs allemands à l’honneur en trois spectacles, deux lectures et une exposition. Petite mise en bouche pour une semaine de festival aussi délectable qu’hétéroclite...

 

 

Une semaine chargée d’émotions s’annonce pour les amateurs de théâtre à Nancy. Ce soir à 18h00, Michel Didym donnera à la Manufacture le coup d’envoi de la Semaine de la Dramaturgie Allemande, intitulée « Neue Stücke ! » Une semaine conçue autour d’un spectacle en particulier, faRbEn, de Mathieu Bertholet, mis en scène et scénographié par Véronique Bellegarde. Né en Suisse en 1977, installé à Berlin dès l’âge de 20 ans, Mathieu Bertholet construit dans faRbEn une réflexion sur l’Histoire, ses grandes énigmes, ses enjeux humains et politiques, à partir des personnages réels de Fritz Haber, chimiste et créateur de gaz de combats qui seront utilisés par les Nazis dans les camps de la mort de funeste mémoire ; et de sa malheureuse épouse Clara, qui se suicida en 1915, désespérée de voir la Science dévoyée à des fins guerrières. A l’issue de la représentation, mercredi 4 avril, les spectateurs auront la chance de pouvoir s’entretenir avec Mathieu Bertholet, Laurent Mulheisen, son traducteur, et l’équipe de la pièce. Le lendemain, jeudi 5 avril, c’est un débat intitulé « Sciences et guerres au regard de l’histoire des genres », animé par Didier Francfort, professeur d’histoire contemporaine à l’université Nancy 2, qui permettra de poursuivre la réflexion au-delà de la représentation.

 

Michel Didym et la confession de la fiction

Mais surtout, pour initier cette semaine de la dramaturgie allemande, Michel Didym a concocté une pièce aux voix plurielles, tant dans son écriture que dans sa mise en scène et son interprétation. Une pièce dans laquelle le spectateur devient lui-aussi acteur silencieux, au service d’une écriture complice. Confessions est ainsi une œuvre hybride, fondée sur le dialogue des textes, des cultures, de la scène et du parterre. Dix acteurs et dix actrices viennent susurrer leurs aveux, œuvres de dix auteurs allemands et dix auteurs français, à dix spectateurs et dix spectatrices assis-es chacun-e près d’un prie-Dieu. Dans l’espace clos et sombre de ce confessionnal théâtral, seuls les visages des acteurs et actrices sont éclairés. Le spectateur est invité à tendre, à prêter l’oreille. La mission qu’un étrange prêtre lui a confié à l’entrée n’est pas d’absoudre les interprètes, mais elle est bien de les écouter ; de participer ainsi à la création en devenant l’interlocuteur et le provocateur de la fiction. Ainsi il se voit interrogé, interpellé. Qui parle ? L’acteur, l’auteur, le traducteur ou les trois ? Qui est l’imposteur ? L’acteur, qui se contente de confesser des péchés et des secrets, des troubles qui certes ne sont pas les siens, mais pourraient être réels ; ou le spectateur qui joue le rôle d’un pasteur qu’il ne sera probablement jamais ? Les confessions chuchotées à l’oreille des spectateurs ainsi replacés au centre de la création artistique, dans une position ambiguë, en équilibre instable entre réception passive et écoute active, tour à tout l’émeuvent, le troublent, l’amusent, le déconcertent. Portée par les excellents jeunes élèves-comédiens du Conservatoire Régional du Grand Nancy et de la dernière année de Licence Arts de la Scène de l’université Nancy 2, Confessions est une pièce qui ne peut laisser indifférent. Quiconque vient y assister doit se préparer à se laisser happer à chaque histoire, chaque tintement de clochette, devenant ainsi élément constitutif d’un théâtre véritablement conçu comme art vivant. En outre, là encore, tous ceux qui voudront pousser plus loin la réflexion à l’issue du spectacle auront l’occasion de rencontrer les auteurs et leurs interprètes samedi 31 mars à 18h00.

 

De créations en exposition, un festival aux multiples saveurs

Articulée autour de ces deux spectacles-phares que seront faRbEn et Confessions, la Semaine de la Dramaturgie Allemande réservera d’autres beaux moments à tous les curieux venus à brûle-pourpoint voir la culture germanique brûler les planches. Ainsi, en guise d’ouverture, ce soir après l’inauguration et la première de Confessions, ils pourront assister à un spectacle au titre gargantuesque : Der Man der die Welt ass – L’Homme qui mangeait le monde. Cette pièce de Nis Momme-Stockmann, prix du « Jeune Dramaturge 2010 » constitue une virulente critique du système capitaliste qui engloutit peu à peu un homme à qui rien ne semblait pourtant pouvoir résister. La représentation sera suivie d’un débat avec l’auteur, ainsi qu’avec Jan Linders, directeur du théâtre de Karlsruhe et Dominique Schnizer, metteur en scène.

Parallèlement à ces spectacles, des lectures auront également lieu à La Fabrique. La première, Les Anabaptistes, qui se tiendra le mercredi 4 avril à 18h00, est l’initiative  de l’association théâtrale Au-delà du Jeu, des étudiants de Sciences-Po Nancy. A travers l’histoire de ce mouvement religieux du XVIe siècle, cette comédie de Friedrich Dürrenmatt constitue une virulente et très contemporaine satire du fanatisme religieux qui ne mène qu’à la mort et à la destruction.

La seconde, Chien, Femme, Homme, se déroulera le samedi 7 avril à 20h30. Inspirée par la nouvelle de Yael Hedaya parue chez Actes Sud, Les Animaux Domestiques, cette création décrit un couple à partir du point de vue d’un chien désireux de mettre fin à sa solitude.

Enfin, en accompagnement de ces festivités théâtrales, le Goethe Institut exposera jusqu’au 11 juillet 2012 des photographies de Simone Demandt, dans le cadre de l’exposition « Prise de Nuit. Labos nocturnes / Dunkle Labore », qui éclaire d’un jour nouveau des lieux d’activités scientifiques de nuit.

Raphaëlle Chargois

Neue Stücke, Semaine de la Dramaturgie Allemande

Au Théâtre de la Manufacture et à La Fabrique, à Nancy du 30 Mars au 7 Avril.

Exposition « Prise de Nuit. Labos nocturnes / Dunkle Labore », au Goethe Institut, à Nancy du 30 Mars au 11 Juillet 2012.

Programmation complète, renseignements et tarifs : www.theatre-manufacture.fr

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le vendredi, 30 mars 2012 10:23

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30