juillet 27, 2021

En maisons de retraite, la pollution de l’air aggrave la santé des résidents, selon une étude

SANTÉ. La pollution de l'air aurait un impact plus lourd sur la santé pulmonaire selon l'âge, pour le démontrer une étude des chercheurs du projet GERIE qui s'est attachée aux cas des maisons de retraite de sept pays d'Europe...
GrilleAeration
photo d'illustration

La pollution de l’air intérieur aurait un impact négatif sur la santé des personnes fragiles ou âgées pour le démontrer une nouvelle étude publiée le 12 mars 2015 dans l'European Respiratory Journal s'est attachée à détailler les effets négatifs d'une mauvaise qualité de l'air dans les maisons de retraite de plusieurs pays d'Europe. Pour élaborer cette étude, des chercheurs du projet GERIE, financé par l'UE, ont collecté des données sur cinq polluants de l'air intérieur: les particules de diamètre de 10 microns (PM10), les particules ultra-fines (PM0.1), le formaldéhyde, le dioxyde d'azote (NO2) et l'ozone (O3). Des polluants viennent de plusieurs sources, dont le chauffage, les matériaux de construction, le mobilier, les produits nettoyants et de ménage, les désinfectants et les systèmes de refroidissement. Les professionnels ont ensuite évalué de manière objective les niveaux de concentration des polluants dans 50 maisons de retraite de sept pays à savoir la Belgique, le Danemark, la France, la Grèce, l'Italie, la Pologne et la Suède). Un total de 600 résidents âgés de 65 ans (82 ans en moyenne) ont participé à l'étude et ont subi un certain nombre de tests cliniques, parmi lesquels des tests de la fonction pulmonaire est-il précisé dans cette étude.

Avec le vieillissement, l'organisme plus vulnérable...

 
Les résultats montrent que l'exposition à des niveaux élevés de PM10 et de NO2 est associée de manière significative à l'essoufflement et la toux. Par ailleurs, les effets sont renforcés dans les foyers mal ventilés et chez les résidents de plus de 80 ans. Avec le vieillissement, l'organisme devient plus vulnérable aux risques liés à la pollution de l'air. La Dr Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche Inserm et auteure principale de l'étude tire la sonnette d'alarme : « Nos résultats montrent l'effet indépendant de plusieurs polluants de l'air intérieur sur la santé pulmonaire des personnes âgées vivant en maison de retraite. Le problème est préoccupant puisque la capacité de l'organisme à traiter les polluants nuisibles de l'air diminue avec l'âge. Les maisons de retraite devraient accroître leurs efforts pour diminuer la pollution de l'air intérieur en limitant ses sources, et en améliorant la ventilation de leurs bâtiments. La santé respiratoire des résidents devrait également faire l'objet de vérifications régulières. » 
 
Sources
Qualité de l'air intérieur, ventilation et santé respiratoire des personnes âgées dans des maisons de retraite en EU
Bentayeb M, Norback D, Bednarek M, Bernard A, Cai G, Cerrai S, Eleftheriou K,Gratziou C, Holst GJ, Lavaud F, Nasilowski J, Sestini P, Sarno G, Sigsgaard T, Wieslander G, Zielisnki J, Viegi G, Annesi-Maesano I ; pour l'étude GERIE.
 

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties