août 06, 2020

Nancy : Les bienfaits et les méfaits du soleil sur la peau (Interview)

INTERVIEW. À l'occasion des 16es Journées Nationales de la Société Française de Photodermatologie organisées par le service Dermatologie du CHU de Nancy qui commencent aujourd'hui, nous avons posé quelques questions au Pr Jean-Luc Schmutz, chef du service Dermatologie de Nancy.

soleilLes vertus du soleil, à petites doses sur certaines maladies ont été constatées depuis longtemps Crédit photo iwww.ici-c-nancy.fr 

En France, chaque année plus de 7 400 nouveaux cas de mélanomes sont diagnostiqués et leur forte progression (de 5 à 7 % par an en Europe) est principalement la conséquence d’une surexposition aux rayons ultraviolets naturels (soleil) et artificiels. D’où les mises en garde des spécialistes sur les dangers d’une exposition trop importante à ces mêmes rayons. Pourtant, les vertus du soleil à petites doses sur certaines maladies de peau ont été constatées depuis longtemps et les rayons solaires reproduits artificiellement sont devenus une méthode thérapeutique à part entière utilisée par les dermatologues. Quelles sont les limites des thérapies par la lumière ? Les 16es  Journées Nationales de la Société Française de Photodermatologie organisées par le service Dermatologie du CHU de Nancy dirigé par le Pr Jean-Luc Schmutz, font le point sur les dernières actualités dans le domaine.

ICN : Quelles sont les thématiques que vous allez aborder pendant ces journées Nationales de Photodermatologie ?

Pr Jean-Luc Schmutz : Les thématiques gravitent autour de la lumière, « Photo » c'est qui est en rapport avec le soleil, les UV et les ultras violets. Pendant ces journées, nous allons aborder les problèmes d'allergies solaires ou d'allergies avec les médicaments puisque lorsqu'on prend un certain type de médicaments, on peut faire des allergies solaires qu'on appelle des photoallergies. Nous aborderons le cancer de la peau puisque le soleil est le seul facteur de risque qu'on connaisse aujourd'hui. Nous consacrerons une bonne partie de ces deux journées à la vitamine D car 90 % de la vitamine D que l'on a dans notre corps est fabriquée à partir de rayonnement UV. Les lasers seront abordés parce que les lasers c'est une partie du spectre solaire avec une longueur d'onde un peu particulière, tout ça, c'est la photodermatologie c'est très vaste, photoallergie, médicaments, vitamine D, allergie solaire et même photothérapie puisque les patients qu'on traite pour des maladies inflammatoires sont traités avec un certain type d'UV pour soigner des maladies comme le psoriasis...

ICN : Combien de personnes assisteront au congrès ?

"Nous devrions mettre sur les cabines UV "Faire des UV tue" comme sur les paquets de cigarettes " Professeur Jean-Luc Schmutz, Chef du service Dermatologie du CHU de Nancy

Pr Jean-Luc Schmutz : Une vingtaine de laboratoires et près de 150 personnes seront présentes essentiellement des dermatologues de toute la France et quelques étrangers, mais aussi la société française de photodermatologie et quelques scientifiques qui s'intéressent particulièrement à la problématique du rayonnement solaire. 

ICN : La thérapie de la lumière comme une alternative à la chirurgie ?

Pr Jean-Luc Schmutz : La thérapie par la lumière et la photothérapie dynamique peut permettre une alternative, c'est-à-dire qu'on met des produits photosensibilisants, des produits qui facilitent l'action du soleil sur des lésions cutanées y compris des cancers de la peau. On projette une lumière bleue ou rouge ça dépend et la réaction photochimique qui va se produire entre la lumière et le produit va faire qu'on va traiter le cancer. Il y a aussi d'autres types, les lasers qui sont des lumières amplifiées qui peuvent traiter certaines pathologies et des lumières qu'on appelle des LED, des lumières amplifiées pour traiter, des rides ou certaines pathologies comme les verrues. C'est tout ce qui concerne le rayonnement solaire qu'on va être amené à étudier pendant ces deux jours. 

 

ICN : Ces 16es Journées Nationales de la Société Française de Photodermatologie ont lieu à Nancy, ces techniques abordées sont donc largement utilisées au  CHU de Nancy ?

Pr Jean-Luc Schmutz : La majeure partie des techniques présentées au congrès sont utilisées au CHU de Nancy pour certaines récemment, les UV ou la photothérapie sont utilisés en dermatologie depuis 1974, l'usage des lasers est une pratique plus récente et date d'une vingtaine d'années. Les LED sont utilisés depuis 4 ou 5 ans. C'est une évolution permanente, il y a bien sûr beaucoup de recherches dans le domaine des lasers pour améliorer au maximum la prise en charge des maladies dermatologiques. Ce congrès présente les nouveautés en terme de matériels et d'indications. Aujourd'hui, de nouvelles maladies sont traitées différemment, on peut donc élargir les indications de certaines techniques. Il faut se tenir informer et au courant des possibilités des différentes techniques que nous avons à notre disposition. 

ICN : La lumière c'est, on l'aura compris des bienfaits, mais aussi des dangers. À l'approche de l'été, les recommandations sur le rayonnement solaire à haute dose redoublent, les cabines UV ne sont pas épargnées. La question est tout autant d'actualité, doit-on bannir les cabines UV ?

Pr Jean-Luc Schmutz : Nous, photodermatologistes, sommes opposés à toute forme d'UV et pour ce qui est des cabines de bronzage, nous devrions mettre sur les cabines "faire des UV tue" comme sur les paquets de cigarettes. Il y a une étude de l'INVS qui montre qu'on aurait peut-être entre 20 et 70 personnes qui mourraient chaque année de mélanomes (cancers de la peau) par et suite à des expositions dans des cabines d'UV chez les esthéticiennes. On estime qu'il y aurait 347 nouveaux cas de mélanomes tous les ans du fait de la pratique des cabines UV. Alors si on peut éviter ces morts autant les éviter, seulement on pourra les éviter le jour où on interdira les cabines UV !

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Bons plans

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties