janvier 31, 2023

IHU Infinity : Nancy candidate à un institut hospitalo-universitaire dédié aux maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

Hélène Boulanger, présidente de l'Université de Lorraine, Mathieu Klein, président de la métropole du Grand Nancy, Christophe Choserot, Vice-Président de la Métropole en charge de l'innovation, Francis Bruneau, directeur général par intérim du CHRU de Nancy, Mathias Pousseil, Vice-Président de la CME du CHRU de Nancy et le Pr Laurent Peyrin-Biroulet / crédit photo ici-c-nancy.fr Hélène Boulanger, présidente de l'Université de Lorraine, Mathieu Klein, président de la métropole du Grand Nancy, Christophe Choserot, Vice-Président de la Métropole en charge de l'innovation, Francis Bruneau, directeur général par intérim du CHRU de Nancy, Mathias Pousseil, Vice-Président de la CME du CHRU de Nancy et le Pr Laurent Peyrin-Biroulet / crédit photo ici-c-nancy.fr
SANTÉ. Le vendredi 4 novembre, le CHRU a officialisé, aux côtés de ses partenaires la Métropole du Grand Nancy, l'Université de Lorraine et l'Inserm, sa candidature pour la création d'un institut hospitalo-universitaire (IHU) spécialisé dans les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) à Brabois. La démarche s'inscrit dans le cadre d'un appel à projets du gouvernement doté de 300 M€ pour créer 6 nouveaux IHU en France.

Un projet d'envergure internationale, une équipe entraînée, la présence des meilleurs spécialistes dont le Professeur Laurent Peyrin-Biroulet, considéré comme le numéro 1 mondial dans le traitement et la recherche des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), et l'ambition de réussir en jouant collectif pour faire avancer la recherche « De la cellule à l'environnement » jusque dans le parcours du patient. Cette alchimie et ce savoir-faire, le CHRU a souhaité les mettre en avant en officialisant sa candidature, vendredi 4 novembre lors d'une conférence de presse à Brabois, en vue de la création d'un institut hospitalo-universitaire (IHU) spécialisé dans les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI). Un projet s'inscrivant dans le cadre d'un appel à projet national lancé par l'ANR dans le cadre France 2030 doté de 300 M€ visant à ouvrir jusqu'à 6 nouveaux IHU en France. Des lieux d’excellence scientifique et médicale pour inventer la médecine de demain, les futurs traitements et les nouvelles pratiques. Chaque IHU sélectionné dans le cadre de l’appel à projets « Instituts Hospitalo-Universitaires – IHU 3 » bénéficiera ensuite d'une dotation maximale de 50 M€ sur 120 mois.

« La mission des IHU est de développer, dans leur domaine thématique, des compétences et une capacité de recherche de niveau mondial, incluant une infrastructure de recherche clinique et une infrastructure de recherche translationnelle ouvertes aux projets émanant de partenaires publics ou privés, d’origine nationale ou internationale.», développe sur son site internet le Ministère de la Santé. 

Une vingtaine de candidatures devraient être présentées, le dossier nancéien possède « des atouts », assure Francis Bruneau, directeur général par intérim du CHRU de Nancy. D'abord, la force d'une équipe travaillant sur un projet au long cours intégrant une « dimension collective » en faisant intervenir le CHRU, l'Université de Lorraine, la Métropole du Grand Nancy, mais aussi l'INSERM, la région Grand Est, le CNRS... 

En France, les maladies inflammatoires sont un sujet aussi épineux que sensible qui touche 10 % de la population soit 1 français sur 10. Parmi elles, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) qui regroupent la Maladie de Crohn (MC) et la Rectocolite Hémorragique (RCH) se distinguent comme « une véritable épidémie » touchant « les 0 à 100 ans avec un pic à 15-35 ans lorsque l'individu est en pleine vie sociale et professionnelle v souligne le Professeur Laurent Peyrin-Biroulet, capitaine du projet de l'IHU infinity, gastroentérologue et hépatologue, spécialiste des MICI, au CHRU de Nancy.

S’il n’existe pas encore de traitement pour guérir ces maladies silencieuses dont les facteurs génétiques et facteurs dans l’environnement sont souvent mis en exergue, « les médicaments actuels permettent la plupart du temps leur contrôle durable et une qualité de vie satisfaisante en dehors des poussées », indique l'INSERM.

visuel maison innovationLa future Maison de l’innovation technopolitaine (MIT) à proximité de laquelle l’IHU Infinity sera implanté

Vers l'IHU Infinity et.. au-delà

A Nancy, le projet IHU Infinity nourrit déjà bien des objectifs dont ceux de mettre à profit la recherche et l'expérience pour améliorer et accélérer la détection des MICI, prévenir leur apparition et leurs complications, mais aussi offrir un traitement précoce à 360 degrés (éventuellement une prise en charge pharmaceutique, de l'activité physique en passant par la nutrition) et ouvrir ainsi la porte de la guérison. A Nancy et au-delà de Nancy. « On a tout ce qu'il faut pour faire un grand pas, peut-être pas dans l'espace, mais en terme de santé, de faire quelque chose d'exceptionnel (...) le but c'est que tous les patients dans le monde en bénéficient, on va disséminer, on va mettre des standards, installer des cliniques virtuelles partout en France pour que la prise en charge soit exceptionnelle à Nancy et au-delà », ajoute le Professeur Laurent Peyrin-Biroulet. 

En France, six IHU ont déjà vu le jour à Paris Strasbourg, Marseille, Bordeaux, « cela a permis de faire beaucoup de belles choses mais lorsqu'on regarde au niveau des start-up, des innovations, des retombées  directes pour le patient, c'est resté encore trop insuffisant », fait remarquer le Professeur Laurent Peyrin-Biroulet. 

Il s'agit « d'une formidable opportunité pour porter ensemble un projet dans lequel je suis confiant dans le sens où il nous ressemble beaucoup (...) l'IHU peut être ce pôle d'espérance pour de nombreux malades qui souffrent de MICI à travers le monde », salue Mathieu Klein, président de la métropole du Grand Nancy. 

Pour concrétiser et matérialiser les activités de l'IHU, un bâtiment verra le jour proche de l'entrée du CHRU à proximité immédiate de la future Maison de l'innovation technopolitaine qui elle accueillera en son sein une pépinière d’entreprises innovantes issues des incubateurs de la Région. « On ne veut pas créer un hôpital MICI, on veut des bâtiments de recherche, de soins, de formations intégrés dans l'écosystème avec une recherche de synergie », conclut le gastroentérologue et hépatologue, spécialiste des MICI, au CHRU de Nancy. 

Après la démarche de candidature, la suite devrait s'inscrire lors d'un grand oral devant un jury international pour un résultat attendu début 2023 et un lancement de l'IHU dans les mois qui suivront. 

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
3
10
17
24