juin 13, 2021

Vidéo. Tiques et maladies : les bons réflexes pour s'en protéger

Photo INRAE Photo INRAE
Présente dès le début du printemps, la tique est redoutée pour ses piqûres qui peuvent transmettre la maladie de Lyme et d'autres agents infectieux. À Champenoux, près de Nancy, les scientifiques de l'INRAE les étudient pour leur rôle dans la transmission de maladies, en particulier la maladie de Lyme.

En vidéo. A quoi ressemble une tique ? Dit-on morsure ou piqûre de tiques ? Quelles sont les astuces pour s'en protéger ? Comment retirer correctement une tique ? - Nous avons rencontré Jonas Durand, Ingénieur d’étude à l'INRAE Grand Est-Nancy, chercheur dans le cadre du Projet CiTIQUE TIQUoJARDIN qui répond à nos questions. 

C’est un peu, la bête noire des promeneurs et des jardiniers, la tique, est de retour dans les forêts, les sous-bois, mais aussi les parcs et les jardins. Particulièrement active au début du printemps jusqu’à l’automne, elle est présente dans les broussailles, les herbes hautes, les feuilles mortes situées dans des zones humides et où la végétalisation est dense. Dans la nature, cet acarien de la classe des arachnides attend son repas en quête d’un hôte que celui soit un chat, chien, oiseau ou un homme en se fixant à sa au moyen de « crochets » pour aspirer du sang. Loin d’être inoffensive, sa morsure peut devenir un dangereux vecteur d’agents infectieux (bactéries, virus et parasites), dont la plus connue la bactérie Borrelia, responsable de la maladie de Lyme. Une fois dans le corps, la bactérie en question se développe et provoque la maladie. Pour éviter les risques, des précautions sont alors à prendre lors des sorties en nature, explique l’équipe de l’INRAE Grand Est-Nancy qui étudie et évalue les risques liés à cet acarien à huit pattes. 

Une ''tiquothèque'' de tiques piqueuses inédite en France

Si la connaissance scientifique actuelle est basée sur le risque infectieux lié aux tiques libres dans l’environnement, à Champenoux l’INRAE dispose aussi d’une importante « tiquothèque » de tiques piqueuses mise à disposition des chercheurs du monde entier pour faire avancer la recherche et la prévention. Une base d’informations collectées depuis quatre années grâce au projet CITIQUE porté par l’implication de volontaires.

Chaque jour, de nouveaux échantillons parviennent aux chercheurs. Dans les congélateurs du centre INRAE Grand Est -Nancy, on dénombre près de 50 000 échantillons précieusement stockés, mais tous n’ont pas encore été analysés pour cause de financement, explique-t-on au centre.

pourcentage de tiques piqueuses dhumain porteuses de pathogènes france citique2021

A la lumière de données scientifiques, l’INRAE a pu travailler sur une cartographie à l’échelle de la France et des différentes régions et à évaluer en moyenne à 15 %, la proportion de tiques porteuses de la bactérie  « Borrelia burgdorferi sensu lato » responsable de la maladie de Lyme. Une situation qui varie au niveau local qui ne doit pas occulter la présence d'autres agents pathogènes de la tique eux aussi vecteurs de maladies, rappelle Pascale Frey-Klett Directrice de recherche INRA, coordinatrice de Tous Chercheurs Lorraine. Car là aussi, la part de tiques infectées n’est pas anodine pouvant s’établir à 30 % sur le territoire français, jusqu’à représenter 43 % des tiques dans certaines régions soit près d’une tique sur deux , insiste la scientifique.

Selon les chiffres de l'étude de l'Institut national de la recherche agronomique (INRAE) publiée le 27 avril 2021, la région Grand Est se caractérise comme l'une des régions françaises la plus touchée. 

Sans tomber dans la psychose, il convient donc d’apprendre à vivre avec la tique pour éviter le contact ou les bons gestes pour la retirer au plus vite comme mettre du répulsif pour la peau, se munir de vêtements couvrants ou encore bien inspecter sa peau après une sortie en nature. 

Tiques dgs vfCITIQUE pour signaler les piqures de tiques : Vous aussi, vous pouvez être citoyen chercheur en signalant les tiques qui vous ont piqué à l'extérieur, mais aussi au domicile par le biais de l’application « Signalement Tique » dans laquelle vous pourrez préciser la date et le lieu .Si vous avez conservé la tique morte, vous pouvez ensuite l'adresser au laboratoire « Tous chercheurs » de Champenoux : Programme Citique – Tous chercheurs – Laboratoire INRAE Nancy Grand-Est – 54280 Champenoux. TIQUoJARDIN pour devenir chasseur de tiques. 
 

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31