août 09, 2020

Vidéo. Dieulouard : Covid-19 et "armoire à pharmacie solidaire", les pharmaciens mobilisés pendant la pandémie

Les pharmaciens de la pharmacie Leloup à Dieulouard - ICN.fr Les pharmaciens de la pharmacie Leloup à Dieulouard - ICN.fr
Mobilisées pour faire face à la pandémie de coronavirus Covid-19, les pharmaciens ont dû adapter leurs méthodes de travail pour s'inscrire dans le contexte sanitaire du Covid-19. Reportage à Dieulouard, en Meurthe-et-Moselle où la pharmacie Leloup propose une « armoire à pharmacie solidaire » et questions à Jean Pierre Dosdtat, pharmacien et président d'« Objectif Pharma ».

Accompagner les patients et clients, les conseiller, sensibiliser aux gestes barrières... À Dieulouard, petite commune située au nord de Nancy, les pharmaciens sont sur le pont et continuent de se mobiliser pleinement durant la pandémie. À la pharmacie Leloup, aux repères visibles des clients pour permettre de respecter la distanciation, se sont ajoutés aux premiers jours de la pandémie, des écrans en plexiglas sur les comptoirs et les professionnels de santé eux-mêmes ont pris l’habitude d’endosser chaque matin leurs nouvelles tenues anti-covid-19 avec masques et surblouses. Sur les étagères de l’officine, les produits que le monde s’arrache, des boites de masques, solutions hydroalcooliques fabriquées in situ, permettant de limiter la propagation du coronavirus. 

Les thermomètres « sans contact », une denrée rare avec la pandémie

Des produits qui ont pourtant alimenté depuis le début de la crise sanitaire de multiples controverses par leur gestion et leur rareté sur le marché. Dès les premières semaines, les pharmacies ont été sollicitées pour distribuer les masques de protection auprès des professionnels de santé en faisant face au début de l’épidémie à d’importantes difficultés d’approvisionnement. « Une vraie bataille, j’ai vécu des moments que je n’aurai jamais pensé vivre dans ma vie », se remémore encore médusée Quiterie Leloup évoquant des commandes prises en amont et parfois recherchées directement sur le tarmac afin de faire face à l’urgence dans le contexte sanitaire exceptionnel des premières semaines de la pandémie en Grand Est. Avant que de nouvelles directives nationales viennent ajouter de nouveaux cadres. Depuis le 27 avril, les pharmacies ont aussi été autorisées à vendre des masques réutilisables dits « grand public » ou « alternatifs » et des masques « chirurgicaux » à usage unique. 

Aujourd’hui, s’il est devenu moins compliqué de se procurer des masques, ce sont les thermomètres frontaux « sans contact », nouvelles denrées rares, qui sont sur des listes d’attente. Pour s’approvisionner, la pharmacie a du réaliser des commandes groupées avec d’autres pharmaciens. Pourtant, les prix ont déjà « flambé » de l’ordre de 30 % comparé à l'avant Covid-19. 

Contre la précarité « L’Armoire à pharmacie solidaire » dans le réseau de pharmacies Wellpharma

C’est un petit geste et une marque importante pour les bénéficiaires qui ne faiblit pas pendant l’épidémie. Quelques semaines avant la crise sanitaire, la pharmacie Leloup a souhaité participer à l’élan de solidarité « L’Armoire à pharmacie solidaire » lancé par le réseau de pharmacies Wellpharma, un groupement de pharmacies françaises à laquelle elle appartient. L’idée, recueillir des dons de produits d’hygiène et de soins en pharmacie à destination d’associations locales. Brosse à dents, coton, savon dentifrice, shampoing, gels pour la toilette intime… mais, aussi des produits solaires, antimoustiques et anti-poux, des protections féminines, le nécessaire pour les premiers soins (pansements…). En pleine pandémie, les gels hydroalcooliques et les masques sont aussi des dons précieux, très appréciés. Les dotations sont ensuite placése dans une boîte transparente à la vue des clients.  « Une démarche destinée à s’inscrire dans la durée, c’est vraiment un projet qui se concrétise sur le plan local  », se félicite Cynthia Lescure, responsable communication d'Objectif Pharma. 


csm welcoop portraits>>> Questions à Jean Pierre Dosdtat, Pharmacien et Président d'« Objectif Pharma »


Vous êtes Président d'« Objectif Pharma », un groupement de pharmacies dont le siège social est établi à Vandœuvre-lès-Nancy. Il réunit à ce jour plus de 500 adhérents à travers la France. Quelques mots pour définir les missions du groupe et votre fonction

Objectif Pharma est un groupement de 530 pharmacies, adossé à la coopérative Welcoop, bien connue dans notre région. Les groupements de pharmacies sont apparus dans les années 80 pour répondre à un besoin de mutualisation des achats. Aujourd'hui, leur mission est beaucoup plus large et ils constituent les supports opérationnels d'évolution d'un métier en constante mutation. Ils interagissent sur la formation autant métier qu'entrepreneuriale, sur la qualité, sur les nouveaux services en pharmacie comme la vaccination et sur tout le marketing dont la forme la plus aboutie est constituée par les enseignes en pharmacie que sont Wellpharma et Anton&Willem nous concernant.

Objectif Pharma est un groupement national leader que je préside. Mon rôle est d'orienter la stratégie de la structure en anticipant l'évolution de la profession de pharmacien et en respectant ses fondamentaux. Je suis moi-même pharmacien d'officine titulaire à Thionville.

 
Jean-Pierre DOSDAT, Président / DR

Entre restrictions et précautions sanitaires, la pandémie du coronavirus Covid-19 a profondément modifié la façon de vivre des Français. Comment cela a-t-il aussi impacté le quotidien dans les pharmacies

Les pharmaciens d'officine ont été des acteurs majeurs dans la prise en charge des soins de ville. Ils ont été les garants de la distribution des masques aux soignants en dehors des hôpitaux. Ils ont assuré le relais des médecins en totale coopération avec eux, notamment quant aux renouvellements des ordonnances des personnes confinées et fragiles.

Enfin, en première ligne, ils ont participé à la prise en charge des malades du Covid ainsi que de toute la population qui a exprimé une grand besoin de clarification et de réassurance dans un contexte de communication multiple et complexe.

Dans cette lutte contre le Covid-19, la population cherche désormais à s'équiper en gels hydroalcooliques, masques, thermomètres... Récemment des voix se sont élevées pour dénoncer les ventes de millions de masques de protection dans le milieu de la grande distribution alors que les pharmaciens en manquaient. Quel est votre sentiment à ce sujet

En tant que professionnel de santé, je pense qu'il est important que les deux circuits de la pharmacie et de la grande distribution puissent contribuer à la prise en charge de la sécurité de la population, en vendant des masques et autres gels. Notre profession, en concertation avec le ministère de la santé, a été réquisitionnée sur les masques médicaux pour assurer la sécurité des soignants, ce qui est totalement légitime . D'un autre côté, le ministère de l'économie a demandé à la grande distribution de s'approvisionner en vue de la sortie du confinement. Ce qui est normal.

Pendant ce temps, les pharmacies ne pouvaient pas délivrer ou même commander de masques à destination des malades car les soignants en manquaient cruellement.

Disons que les deux ministères ont mal communiqué entre eux, mettant ensuite notre profession dans l'embarras pour se fournir dans un marché très complexe et hasardeux alors que la grande distribution avait pu acquérir des stocks .

On en parle peu, depuis plusieurs semaines, il est difficile, voire impossible, de se procurer des thermomètres "sans contact" dans les pharmacies. Comment expliquer ces ruptures de stock et vont-elles durer

Les thermomètres, comme les gels, ont fait l'objet d'une demande multipliée par 100 depuis le crise sanitaire du Covid. La production française est insuffisante et les importations compliquées car le monde entier en veut. L'anticipation était très complexe car les chaînes de production ne peuvent pas être démultipliées à l'infini. Il en résulte une augmentation des tarifs exponentielle et un sourcing rare. Grâce à la coopérative Welcoop et à son laboratoire Marque Verte, nous avons un bon approvisionnement avec des produits qualitatifs à des prix raisonnables. Mais cela se tend car la demande explose. 

Face à la pandémie, « Objectif Pharma » a mené plusieurs initiatives dans ses pharmacies comme le service en ligne de réservation et l'armoire à pharmacie Solidaire?

Dès le début de la crise, et plus encore pendant le confinement, les pharmacies Objectif Pharma ont bénéficié d'un site de réservation en ligne, y compris et de manière très sécurisée pour les ordonnances. Nous avons pu ainsi préparer et livrer. Nous avons également pris l'initiative de contacter nos patients les plus à risque de manière à ce qu'ils n'interrompent pas leur traitement pendant le confinement, suite à la crainte de se déplacer chez leur médecin.

Notre enseigne Wellpharma a développé depuis le début de l'année « L'armoire à pharmacie Solidaire® » qui permet aux pharmaciens, à leurs clients, voire à leurs fournisseurs de faire des dons au profit de la population la plus précaire et ceci en s'appuyant sur des associations caritatives locales. 

Cela va du savon, au dentifrice, en passant par les produits d'hygiène de première nécessité car à la précarité matérielle s'associe systématiquement une précarité des soins. C'est intolérable dans notre société et cela le sera d'autant plus suite à cette crise sanitaire.

Depuis quelques jours, ces dons s'orientent vers des masques, des gels hydro alcooliques. C'est d'autant plus remarquable que la quête de ces produits est indispensable mais compliquée pour chacun. La solidarité joue à plein et c'est un élément remarquable et rassurant pendant cette période.

 

Bons plans

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties