août 12, 2020
COHORTE logo ici-c-nancyUn nouveau rendez-vous pour la Cohorte Stanislas qui regroupe 1006 familles engagées dans la recherche clinique depuis 1993...
Cette année, après 3 bilans de santé et un suivi de plus de 10 ans, cet observatoire unique en France et dans le monde propose une nouvelle rencontre le 6 novembre 2010 entre les familles et les chercheurs. Les objectifs seront de renouer le contact avec elles, les informer sur
les avancées scientifiques majeures déjà réalisées grâce à leurs précédentes participations et les inviter au 4e bilan de santé prévu courant 2011-2012 au Centre d’Investigation Clinique Plurithématique (CIC-P) INSERM, Nancy Université du CHU de Nancy.
COHORTE-Images
La cohorte ... 
Une cohorte est un ensemble de personnes partageant des caractéristiques communes (localisation géographique, âge, sexe, exposition à une maladie ou à un risque ou au contraire absence de maladie aigue ou chronique, etc.) faisant l’objet d’un suivi sur plusieurs années.
La cohorte Stanislas regroupe 1006 familles soit plus de 4000 personnes, ne présentant pas de maladie aigue ou chronique, issues de la région de Nancy et recrutées entre 1993 et 1995 au Centre de Médecine Préventive (CMP) de Vandoeuvre-lès-Nancy à l’occasion d’un examen de santé, sous l’égide de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM), avec des travaux scientifiques conduits par le Dr Sophie Visvikis-Siest et son équipe. En 2009, en accord avec le CMP, l’INSERM et Nancy Université, le CHU de Nancy est devenu le promoteur de l’étude. Le CHU de Nancy a confié au Centre d’Investigation Clinique – Plurithématique Pierre Drouin INSERM du CHU, les missions suivantes : rassembler toutes les données de l’étude (cliniques et biologiques) et poursuivre le suivi de la cohorte à travers une 4e visite.

Faire avancer la recherche
Objectif principal de la cohorte : constituer une banque de données (questionnaires sur les habitudes de vie, prélèvements sanguins (dont ADN), urinaires, bilan cardiovasculaire (échographie cardiaque, etc.) permettant de suivre sur plusieurs années l’évolution de l’état de santé de cette population familiale.Les données recueillies sont utilisées par des équipes de recherche nationales (dont l’équipe du Dr Sophie Visvikis-Siest) et internationales. Parmi les thèmes explorés et pour lesquels la dimension familiale est fondamentale : les facteurs de risque cardiovasculaire (dont l’hypertension artérielle, l’obésité, le diabète) et la nutrition. Le rôle de la génétique (interaction gène-gène) et l’influence de l’environnement (interaction gène-environnement) sont étudiés. Après 3 visites, soit 15 ans de suivi, la cohorte Stanislas est, au niveau national et international, la seule cohorte familiale longitudinale de sujets supposés sains d’une telle envergure. Plus de 600 types de données ont été recueillis pendant ces bilans de santé. La cohorte a permis à 117 publications originales dans des revues internationales de voir le jour et portant en particulier sur : l’interaction gène environnement dans les pathologies complexes et notamment cardiovasculaires, la génétique de l'obésité et du diabète (avec notamment en 2009 la participation de l’équipe du Dr Sophie Visvikis-Siest à deux publications dans la prestigieuse revue Nature Genetics, à partir des données de la cohorte, réunions avec celles d’autres cohortes européennes), l’étude des
valeurs normales de nombreuses substances sanguines. 63 gènes candidats dans les pathologies cardiovasculaires ont pu être identifiés.

Et de 4 !
L’intérêt majeur de cette étude est sa durée. Après la 2e visite organisée en 1998- 2000 et la 3e en 2003-2005, le Centre d’Investigation Clinique – Plurithématique Pierre Drouin poursuit la démarche en organisant, à partir de 2011, une 4e visite davantage ciblée sur l’influence du vieillissement sur les populations, l’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité et leurs complications (athérosclérose, insuffisance cardiaque, anévrysmes). Pour relancer la dynamique autour de ce 4e bilan de santé, une grande rencontre est organisée le samedi 6 novembre 2010, de 14h à 18h, à la Faculté de Médecine de Nancy par l’équipe du CIC-P. L’occasion pour les familles de :
- s’informer sur les avancées scientifiques majeures déjà réalisées grâce à leurs précédentes participations ainsi que sur l’avenir de la cohorte
- rencontrer les autres familles impliquées dans l’étude ainsi que leurs nouveaux interlocuteurs au CIC-P.
Au programme
> « Participer à la recherche : un devoir citoyen ? », Pr Claude Huriet, ancien sénateur, auteur de la loi Huriet-Sérusclat de 1988 qui garantit la protection des personnes se prêtant à des essais thérapeutiques
> « Contribution de la recherche aux grands progrès de la médecine. Les acquis de la cohorte Stanislas. En quoi votre participation a-t-elle fait avancer la science ? », Pr Faiez Zannad, professeur de thérapeutique, cardiologie, coordinateur du Centre d’Investigation Clinique INSERM-CHU
> « Rôle des centres d’examens de santé en tant qu’observatoire de santé. » Pr Athanase Benetos, professeur de gériatrie, unité INSERM 961-CHU
> « Comment nous allons désormais travailler avec vous », Pr Patrick Rossignol, professeur de thérapeutique, néphrologie, médecin délégué du Centre d’Investigation Clinique, INSERM-CHU et le Dr Jean-Marc Boivin, médecin généraliste, investigateur du Centre d’Investigation Clinique INSERM-CHU
> Témoignages d’une famille de la cohorte / échanges
> Animations festives pour toute la famille, goûter diététique. Les membres de chaque famille venue aux trois précédents bilans pourront concourir à un tirage au sort avec à la clé des baptêmes en montgolfière.
> Visite des locaux du CIC-P 

Faire partie de la cohorte Stanislas,ça veut dire quoi ?
Concrètement, les familles volontaires pour poursuivre les recherches de la cohorte Stanislas passeront au CIC-P, une série d’examens
permettant le recueil des données suivantes :données cliniques
- données anthropométriques : index de corpulence, rapport taille hanche, poids actuel
- habitudes de vie : consommation de tabac, alcool, activité physique, statut nutritionnel
- données cliniques : histoire familiale et histoire personnelle médicale, pression artérielle
données biologiques et biochimiques (dont un bilan glucidolipidique et constitution d’une banque de plasma et ADN)
La 4e visite prévue en 2011-2012 comprendra la réalisation d’un bilan cardiovasculaire complet avec des examens échographiques (donc indolores), permettant d’étudier l’aspect et la fonction du coeur et des vaisseaux (échocardiographie et échographie vasculaire).
Elle sera réalisée au Centre d’Investigation Clinique Plurithématique situé à l’Institut lorrain du coeur et des vaisseaux Louis Mathieu, par l’équipe du CHU de Nancy dédiée à la recherche clinique, labellisée par l’INSERM et Nancy Université et dotée d’une biobanque permettant de stocker les échantillons de la cohorte dans les meilleures conditions. Sont actuellement stockés dans la biobanque :
- 170 000 prélèvements sanguins
- 10 000 prélèvements d’urine
- 4 300 échantillons d'ADN
L’anonymat des volontaires est totalement garanti dans le cadre de l’exploitation des données par les équipes de recherche. Cette étude s’inscrit dans le respect des lois sur la bioéthique et fait l’objet d’un consentement éclairé et écrit préalable à la participation.
Participer à la cohorte Stanislas, c’est aussi pour les familles bénéficier d’un bilan de santé complet gratuit. L’ensemble des résultats est systématiquement transmis aux volontaires et, s’ils le souhaitent, à leur médecin traitant. A noter l’importance pour l’équipe du CIC d’être prévenue de tout changement de coordonnées postales et téléphoniques pour faciliter les échanges d’informations avec les familles.

La cohorte Stanislas en détails
Profil des familles
La cohorte Stanislas regroupe 1006 familles résidant dans les Vosges et en Meurthe et Moselle Sud au moment de leur recrutement.
A leur entrée dans la cohorte en 1993-1995, les familles sont composées des 2 parents accompagnés d’au moins 2 de leurs enfants biologiques âgés de 6 à 28 ans et, pour une partie d’entre elles, des grands-parents. Aucun membre des familles ne présentait une maladie aigue ou chronique. Au total plus de 4000 personnes sont impliquées dans ce programme.Au cours des 10 années au moins de suivi, les familles ont été contactées régulièrement pour évaluer un changement de leur état de santé, de leur environnement ou de leur mode de vie.
Organisation de l’étude
En 2009, par convention avec le CMP, l’INSERM et Nancy Université, le CHU de Nancy est devenu le promoteur de l’étude. Le CHU de Nancy a confié au Centre d’Investigation Clinique- Plurithématique Pierre Drouin INSERM-Nancy Université du CHU de Nancy, la mission de rassembler toutes les données de l’étude (cliniques et biologiques) ainsi que les échantillons collectés et de poursuivre le suivi de la cohorte
à travers une quatrième visite. La cohorte est gérée par un comité de pilotage qui décide des grandes orientations
stratégiques scientifiques pour la cohorte Stanislas. Un comité scientifique international apporte avis et conseils pour éclairer les décisions du comité de pilotage et valoriser au mieux les différentes demandes d’accès aux données de la cohorte. Ce comité évalue également les projets de recherche demandant un accès à la cohorte Stanislas et à l’utilisation de ses ressources biologiques, ainsi que les productions scientifiques relatives à ces projets. Enfin, il répartit les missions des équipes responsables de la cohorte sur le terrain pour la mise à disposition et l’accès aux données et la gestion des collections.
Le comité scientifique est composé de 15 membres dont 5 désignés par le CHU de
Nancy, 5 par Nancy Université et 5 par l’INSERM.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le mardi, 19 octobre 2010 10:12

Bons plans

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31