février 21, 2020

Alerte sur des pendentifs dits « énergétiques », mais hautement radioactifs !

SANTÉ. L'association CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendante sur la Radioactivité) a donné l’alerte ce jeudi sur des pendentifs particulièrement néfastes pour la santé. Vendus sur internet pour leurs capacités de produire des ions négatifs, ces derniers possèderaient un taux de radioactivité de 100 à 10.000 fois supérieur à ceux qu’on trouve dans le sol et augmenteraient le risque de cancer de la peau. 
MedaillonsRadioactifs
capture d'écran Youtube de l'étude sur les médaillons hautement radiocatifs - Criirad 

Créée en 1986, en réaction aux informations erronées diffusées en France lors de la catastrophe de Tchernobyl, l’association de recherche sur la radioactivité a lancé un pavé dans la mare en dévoilant jeudi 10 décembre sur son site internet une étude alarmante sur des pendentifs commercialisés sur internet. Des pendentifs dits « énergétiques » censés apporter bien-être et santé aux consommateurs grâce aux émissions d’ions négatifs qu’ils produisent et dont les notices de présentation soulignent que les objets peuvent être portés de jour comme de nuit, par des adultes ou des enfants sans que la présence de radioactivité ne soit mentionnée. On les appelle « Pendentifs énergétiques », «pendentifs d’énergie scalaire », « pendentifs d’énergie quantique » et sont destinés à apporter de la vitalité, traitement des douleurs, du stress, des insomnies, renforcement des défenses immunitaires, ralentissement du processus de vieillissement, prévention du cancer… 

Problème, ces médaillons vendus sur le web, à des prix variant typiquement entre 20 et 50 € sont radioactifs explique l'association. Les analyses effectuées par leur laboratoire montrent que sur les objets contrôlés, des niveaux de radioactivité naturelle anormalement élevés qui les apparentent à du minerai radioactif. Des concentrations en produits radioactifs des chaînes de l’uranium 238 et du thorium 232 qui seraient de l’ordre de 100 fois à 10 000 fois supérieures à l’activité moyenne des sols. Pour le public, le risque principal concerne l’irradiation de la peau, précise l'association.

Face à cette étude alarmante, la CRIIRAD précise avoir saisi la DGCCRF afin que toutes les mesures nécessaires soient prises pour stopper l’importation et la commercialisation des objets et procéder à la reprise des exemplaires déjà vendus. Autres produits épinglés, les autocollants dits antiradiation, (à apposer sur les téléphones portables et tout appareil électrique) et dans des disques en caoutchouc dits « à énergie quantique » (utilisable en sous-verre pour le « traitement » de l’eau ou en application sur la peau pour le « traitement » des douleurs), pour lesquels le laboratoire de la CRIIRAD évoque une fois de plus des matières radioactives utilisées pour la fabrication de ces produits.

Depuis 1986, année qui a suivi la catastrophe nucléaire Tchernobyl, le laboratoire de la CRIIRAD a effectué plus de 30 000 analyses de radioactivité et des centaines d’études radioécologiques et de contre-expertises tant pour les particuliers et les associations que pour les collectivités, les industriels ou les tribunaux.

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
3
6
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29

Ici-c-Nancy TV