octobre 18, 2021

Malzéville : l'ex-conjoint interpellé à temps grâce au déclenchement du "Téléphone grave danger"

Le dispositif Téléphone grave danger (TGD) vise "à prévenir les nouvelles violences que pourrait subir la victime de viol ou la victime de violences conjugales du fait de son conjoint ou ancien conjoint, concubin ou partenaire lié par un pacte civil de solidarité" / justice Le dispositif Téléphone grave danger (TGD) vise "à prévenir les nouvelles violences que pourrait subir la victime de viol ou la victime de violences conjugales du fait de son conjoint ou ancien conjoint, concubin ou partenaire lié par un pacte civil de solidarité" / justice
Tout comme le bracelet anti-rapprochement (BAR) déployé récemment pour tenir à distance les ex-conjoints-violents, le Téléphone Grave danger (TGD) permet aux femmes victimes de violences conjugales d’alerter les forces de l’ordre en cas de danger imminent. Samedi 9 janvier 2021, le dispositif à été déclenché à Malzéville. Avec succès. 

Séparée de son conjoint violent, une femme a fait usage de son « Téléphone grave danger » en découvrant avec stupeur son ancien compagnon rôder devant chez elle. Victime de violences conjugales, elle s’était vue attribuer par la justice un Téléphone grave danger (TGD). Un outil destiné à la protection des personnes particulièrement vulnérables en prévenant de nouveaux passages à l’acte des auteurs.

Samedi 9 janvier 2021 aux alentours de 20h, la jeune femme a déclenché ce téléphone fonctionnant sur la téléprotection et la géolocalisation. Sans appeler, le 17 et sans patienter, elle était géolocalisée et des secours lui étaient envoyés. 

Dépêchés en urgence à Malzéville, deux équipages de police, de la brigade anticriminalité (BAC) et un équipage de section ont constaté sur place la présence d’un individu qui tentait « de se cacher derrière des panneaux », souligne une source policière. Le mis en cause était interpellé puis placé en garde à vue. 

Les clefs du domicile retrouvées sur l’ex-conjoint violent 

Avec un taux de 0,21 mg par litre d’air expiré, soit 0,42 gramme d’alcool dans le sang, l’homme qui se révélait être l’ex-conjoint, était sous l’emprise d’alcool au moment des faits. Il était en outre retrouvé porteur des clefs de l'appartement de son ex-compagne. Sans la réaction de la jeune femme et l’intervention « à temps » des forces de police, ce dernier aurait pu pénétrer dans son logement malgré l’interdiction qu’il avait d’entrer en contact avec elle.

L’homme âgé de 37 ans domicilié à Vandoeuvre-lès-Nancy était présenté dimanche après-midi devant un magistrat pour la révocation de son contrôle judiciaire. Il a été placé en détention en vue d’une prochaine audience fixée fin janvier 2021. 

 

 

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
5
12
19