janvier 31, 2023

Nancy : convention signée pour donner une nouvelle vie aux vélos volés

Charlène Marchand, présidente de l'association nancéienne Dynamo, Philippe Combaz, Commissaire divisionnaire, adjoint à la direction départementale de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle et François Pérain, procureur de la République devant la camionnette de Dynamo / C.Photo ici-c-nancy.fr Charlène Marchand, présidente de l'association nancéienne Dynamo, Philippe Combaz, Commissaire divisionnaire, adjoint à la direction départementale de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle et François Pérain, procureur de la République devant la camionnette de Dynamo / C.Photo ici-c-nancy.fr
Ce lundi 21 novembre, une convention a été signée à l'hôtel de police de Nancy par le Procureur de la République de Nancy et la présidente de Dynamo. Vingt-neuf vélos ont été remis à l'association, l'opération vise à revaloriser les deux roues destinés à la destruction et à leur donner... une nouvelle vie.

Lundi 21 novembre 2022, François Pérain, procureur de la République de Nancy et Charlène Marchand, présidente de l'association nancéienne Dynamo, ont signé en présence de Philippe Combaz, Commissaire divisionnaire, adjoint à la direction départementale de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle, la convention permettant de faire don de 29 vélos stockés, depuis un an, à l'hôtel de police et voués à la destruction. Parmi lesquels des VTT, VTC, bicyclettes et deux vélos à assistance électrique (VAE). "C'est une première dans l'arrondissement de Nancy, l'opération s'inscrit dans la justice de proximité, elle a été menée avec le directeur départemental des finances publiques (DDFIP) qui s'est impliqué personnellement pour que cette opération se fasse en renonçant à la vente notamment des vélos électriques" souligne François Pérain, le Procureur de Nancy, lors d'un point presse, à l'hôtel de police de Nancy. 

Pour l'atelier de vélos associatif Dynamo, cet engagement s’inscrit dans une démarche de "revalorisation", commente Charlène Marchand, présidente de Dynamo tout en évoquant la prochaine remise en état des vélos avant que les montures puissent retrouver le bitume.

La convention porte sur les vélos qui n'ont jamais été réclamés par leurs propriétaires. "Ça nous enlève une problématique logistique et matérielle, d'abord le coût lié à la destruction qui aurait été effectuée par un prestataire et d'autre part, de permettre la valorisation de ces deux roues qui pourront servir à nouveau à quelqu'un", indique Philippe Combaz, Commissaire divisionnaire, adjoint à la direction départementale de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle. D'après les chiffres de la DDSP 54, 26 vélos ont ainsi été détruits en 2021.  

Dynamo convention

Plusieurs centaines de plaintes déposées chaque année pour "vol de vélo" au sein de la circonscription de Nancy

Si, depuis le décret du 23 novembre 2020, tout cycle acheté auprès d'un professionnel, qu’il soit neuf ou d’occasion, doit comporter un identifiant unique qui est enregistré dans le " Fichier National Unique des Cycles Identifiés " (FNUCI), en l'espèce beaucoup de deux roues restent encore démunis de marquage, compliquant l'identification des propriétaires par les policiers.

En France, chaque année, d'après la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette) 400 000 vélos (soit plus de 1 000 vélos par jour), sont la cible de vols. Au sein de la circonscription de Nancy et des 20 communes de la métropole, c'est près d'une plainte par jour qui est prise par les policiers. Les chiffres donnent l'ampleur du fléau, mais seraient loin d'être représentatifs du phénomène. "Peu de victimes déposent plainte, surtout lorsqu'il s'agit de vélos déjà achetés d'occasion" constate Noémie L'Homel, cheffe des unités de police secours à Nancy. Conséquence, les vélos s'alignent dans le parking de l’hôtel de police de Nancy. 

L'histoire de ces vélos s'inscrit dans des suspicions de vol ou de recel, de flagrant délit de vol, des suites d’enquêtes judiciaires ou parce qu’ils avaient été abandonnés sur la voie publique. Quant aux mis en cause, il s'agit souvent du voleur opportuniste qui cherche un vélo, à l'instant T, pour entreprendre un trajet en le subtilisant pour le reposer ensuite, mais aussi de vols plus ciblés liés à des faits de délinquance. D'après Philippe Combaz, la métropole n'échappe à cette dynamique où "le vol de vélos est assez courant". Des vols, constatés sur la voie publique, dans des garages, mais aussi dans les parties communes d'immeubles où les deux-roues sont rarement attachés. 

Pour éviter les mésaventures, la police recommande la plus grande prudence et de renforcer les protections de son vélo comme en préférant l’usage d’un antivol en "U". Les victimes peuvent aussi retrouver leur bien via la page internet de la Préfecture de Meurthe-et-Moselle qui diffuse régulièrement les photographies et les marques des vélos retrouvés et conservés par la police de Nancy. 

 

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
3
10
17
24