novembre 27, 2022

Vidéo. Lunéville : "In Extremis", les biscuits qui revalorisent les invendus

Vidéo. Mettre l'accent sur le bio, l'anti-gaspi et le sain, c'est l'idée de Marie Eppe originaire du Lunévillois, qui s'est lancée dans la création d’une entreprise alimentaire de produits anti-gaspi. Nouveauté, depuis septembre 2022, l’ensemble des biscuits vendus sont certifiés BIO.

En Vidéo. Les explications de Marie EPPE, Fondatrice de In Extremis.

Le nom de la marque In Extremis ou "au tout dernier moment" résume à lui seul la démarche. L'idée est venue d'un constat, chaque année, en France, ce sont 10 millions de tonnes de nourriture qui sont jetées, soit 317 kg par seconde pour un coût de 16 milliards d'euros, d'après les chiffres de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). ces chiffres ont inspiré Marie Eppe, originaire du Lunévillois. En 2020, la jeune femme, ingénieure agro-alimentaire crée son entreprise. Convaincue que des solutions existent car "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme"comme le dit Antoine Lavoisier, elle s'oriente vers le "surcyclage" ou "upcyclage". La démarche inscrite dans l’économie circulaire étant de donner une seconde vie à des produits destinés à la perte ou au gaspillage notamment lors des étapes de production et de transformation sur la chaîne alimentaire.

Aujourd'hui, les biscuits de In-Extremis déclinés en gamme sucrée ou salée sont fabriqués à partir de "pain invendu présentant des défauts d'apparence, du pain broyé ou séché" puis associés dans leur recette à des ingrédients made in France, farine de blé, graines, huile de colza, sel de l'Ile de Ré, sucre de betterave. "In Extremis répond à un double de sens pour nous. D’un côté, il retranscrit notre engagement dans la lutte contre le gaspillage alimentaire ; sa définition “au tout dernier moment” illustre le fait que nous sauvons et revalorisons des produits alimentaires qui, à l’origine, étaient destinés à être jetés (ou dévalorisés). De l’autre côté, il relate notre engagement dans la préservation de l’environnement ; sa définition “à la dernière limite” signifie pour nous qu’il est temps de se soucier de notre planète, qu’il est de notre devoir de s’engager à sa préservation aujourd’hui car demain il sera trop tard". 

Avec In Extremis, "l’objectif n’est pas de créer des produits supplémentaires dans un contexte de surproduction et surconsommation, mais plutôt d’imaginer des produits à partir de ce qui existe déjà", fait savoir Marie Eppe, la fondatrice. "Aujourd’hui, de nombreux produits sont écartés des lignes de production car présentent des défauts d’apparence, de calibre ou de poids. Pourtant, ces matières perdues répondent aux mêmes exigences en terme de qualité, de sécurité alimentaire et de production que les produits finis commercialisés". 

Un engagement qui ne cesse de croître, dernièrement en septembre 2022, la marque de biscuits anti-gaspi a obtenu la certification BIO de ses produits. "Un défi de taille, puisqu’au préalable, ce sont deux branches distinctes qui ont dû être créées et certifiées : la filière de récupération de pain invendu et le processus de transformation de pain en poudre de pain". Pour cette certification, In Extremis a donc commencé par identifier les boulangeries, artisanales ou semi-industrielles, certifiées BIO, qui faisaient face au gaspillage alimentaire, explique l'entreprise lunévilloise. 

Une production que Marie Eppe vend en ligne sur son site marchand, mais aussi dans de petites enseignes et dans les boutiques proposant du vrac. Les commandes peuvent aussi être réceptionnées dans les locaux à Lunéville. 


Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim