juillet 07, 2022

Témoignages de piqûres dans une discothèque de Nancy : deux enquêtes distinctes et un appel à la vigilance

La Préfecture de Meurthe-et-Moselle lance un appel à la vigilance, ce lundi 16 mai 2022  à la suite deux enquêtes portant sur de mystérieuses piqûres dans une discothèque de Nancy.

Le sujet est pris au sérieux par les services de l'État qui parlent désormais de « phénomène » dans l'hexagone. Depuis plusieurs semaines sur tout le territoire certains clients de boîtes de nuit et de lieux festifs nocturnes se disent victimes d'agression à la seringue témoignant d'une sensation de piqûre d'aiguille voire d'un hématome avec pour principales conséquences des symptômes variés allant d'une gêne à la paralysie d'un membre ou à la perte plus inquiétante de lucidité. Des « piqûres sauvages » qui virent à la psychose pour certains jeunes craignant une injection de GHB ou de GBL.

Le département de Meurthe-et-Moselle n'échappe pas à cette vague de témoignages. A Nancy, une enquête a été ouverte sous l’autorité du procureur de la République à la suite de faits qui se sont déroulés au cours de ce dernier week-end a-t-on appris ce matin. Les faits concernent des piqûres dans une même discothèque avec, à ce stade, deux enquêtes distinctes menées par le commissariat de Nancy pour « violences volontaires avec usage d'une arme sans ITT ».

« Les plaignants sont une jeune femme âgée de 22 ans et un jeune homme âgé de 18 ans qui affirment avoir été piqués dans ce même établissement de nuit de Nancy, l'un le 13 mai entre 00H30 et 1H et l'autre le 14 mai à 1H30 », informe François Pérain procureur de la République de Nancy. D'après les éléments qui nous ont été communiqués par le procureur « une trace de piqure au bras a été constatée sur un plan médical pour l'une des deux victimes ». Ce lundi 16 mai en début d'après-midi, les résultats des analyses toxicologiques n'étaient pas encore connus.

Des conseils sur la conduite à tenir

Dans ce contexte, en lien avec l’Agence Régionale de Santé, Arnaud Cochet, préfet de Meurthe-et-Moselle, et François Pérain, procureur de la République, rappellent dans un communiqué que « les forces de sécurité intérieure, de secours et de soins sont pleinement sensibilisées et mobilisées pour lutter contre ce phénomène ».

En cas de piqûre ou de suspicion de piqûre, ils rappellent la conduite à savoir « de réagir immédiatement et d’adopter les bons réflexes : se rendre dans un commissariat ou à la gendarmerie pour déposer plainte ; se rendre aux urgences du centre hospitalier le plus proche ».

« Des prélèvements toxicologiques seront effectués et des mesures de prévention face au risque de contamination seront prises. En cas d’urgence, contactez le 15 ou le 17. L’ensemble des services de l’État maintiennent un haut niveau de vigilance face à ce phénomène », conclut le communiqué.

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim