juin 19, 2021

Valérie Beausert-Leick rassemble la gauche pour les départementales

Valérie Beausert-Leick rassemble la gauche pour les départementales / photo 54 à gauche Valérie Beausert-Leick rassemble la gauche pour les départementales / photo 54 à gauche
L'ensemble des formations politiques de Gauche seront unies dès le premier tour des élections départementales en Meurthe-et-Moselle

L’union de la gauche, c’est désormais une réalité en Meurthe-et-Moselle. Le Parti socialiste, EELV, Allons Enfants, le Parti Communiste, le Parti radical de Gauche, La France Insoumise, Generation-s et les Nouveaux Démocrates feront front commun dès le premier tour des cantonales qui doivent avoir lieu en juin prochain. « Une union unique en France, qui représente ce qu’est la gauche aujourd’hui en France » a déclaré ce vendredi 9 avril lors d’un point presse Valérie Beausert-Leick, actuelle présidente du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle et candidate à sa propre succession.

Selon Valérie Beausert-Leick, cette union est le fruit de 20 ans de travail en commun « depuis 1998, le conseil départemental porte des politiques publiques qui placent très concrètement la solidarité, la citoyenneté et la transition écologique au cœur de son projet et au cœur des territoires, au profit de tous les meurthe-et-mosellans. Cet accord est important, car je pense que les meurthe-et-mosellans l’attendaient, il y aurait eu une profonde incohérence de partir désunis au premier tour alors que nous travaillions ensemble depuis plus de 20 ans. » Une union nécessaire également en ces temps troublés juge la présidente du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle « les crises que nous traversons, celle des gilets jaunes ou celle de la crise sanitaire, avec ses conséquences sociales et économiques,  nous imposent d’être responsables en tant que politiques et nous réunir autour de ce socle de valeur que nous partageons pour promouvoir des politiques publiques ambitieuses et pour conforter la démarche que nous portons depuis 1998, mais aussi de les renouveler pour qu’elles soient plus en phase avec les besoins et les attentes de nos concitoyens et plus en phase aussi dans cette nécessaire transition écologique qui est d’actualité plus que jamais aujourd’hui. »

Cette union de la gauche a fait réagir plusieurs représentants des formations politiques concernées. Ainsi,André Corzani, président du Front de gauche au conseil départemental, souhaite que ce rassemblement « soit inspirant pour d’autres départements et régions » alors que Marie-Neige Houchard (EELV) considère « cette union comme une évidence et une urgence. » Bora Yilmaz ( PCF) se félicite que ce rassemblement soit rendu possible grâce « à un bilan positif concret, une réalité pour les habitants du département », Bernard Buzelin ( PRG) abonde « il y a une véritable dynamique de gauche dans le département avec le travail de Michel Dinet, Mathieu Klein et Valérie Beausert-Leick. » De son côté, Bertrand Masson (PS54) souligne que cet accord résulte « d’une ambition politique au service de nos concitoyens et pas dans l’intérêt de nos formations politiques. » Pour la France Insoumise, Vincent Guenaire-Doazan se déclare « fier que nos forces politiques ont su s’assembler sur des valeurs communes. » Même son de cloche pour le parti Allons Enfants représenté par Paul Lemaire qui parle « d’un rassemblement réjouissant » et qui juge par ailleurs que la Meurthe-et-Moselle est un exemple à suivre avec une femme à la tête de son exécutif. 

Le nom des candidats dans les différents territoires sera dévoilé après confirmation par le gouvernement de la tenue de ces élections qui doivent avoir lieu les 13 et 20 juin prochains. La décision finale doit être prise après des discussions devant l’Assemblée nationale et le Sénat le 13 et 14 avril.  

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties