Imprimer cette page

Covid-19 : en juin, le taux des nouvelles contaminations a bondi en Meurthe-et-Moselle

Eric Freysselinard a commenté le taux d'incidence relatif au Covid-19 en Meurthe-et-Moselle. En rouge les chiffres du département, en bleu la moyenne nationale/ photo ICN.fr. Eric Freysselinard a commenté le taux d'incidence relatif au Covid-19 en Meurthe-et-Moselle. En rouge les chiffres du département, en bleu la moyenne nationale/ photo ICN.fr.
Santé. En hausse depuis début juin en Meurthe-et-Moselle, le taux d'incidence lié au nombre de nouveaux cas de Covid-19 est attentivement scruté par les autorités sanitaires. De nouveaux clusters ont été identifiés dans le département.

Le préfet de Meurthe-et-Moselle a tenu aujourd’hui une conférence de presse en préfecture de Meurthe-et-Moselle pour livrer un point de situation sur la progression de l’épidémie de coronavirus dans le département. Si les chiffres des hospitalisations ne suscitent pas d’inquiétude, en revanche le taux d’incidence révélant le nombre de nouveaux tests positifs pour 100 000 habitants, est clairement en hausse. Au 9 juin, il affichait près de 20,9 contaminations pour 100 000 habitants s’inscrivant bien au-delà du seuil de vigilance fixé à 10, la moyenne nationale étant de 4,2.

« Une étincelle » pour laquelle la vigilance s’impose. « Il faut surveiller, dépister, isoler les personnes jusqu’au résultat pour que ça ne s’embrase pas, c’est ce qu’on souhaite que la petite étincelle ne s’étende pas. » affirme Eliane Piquet, déléguée territoriale de l’Agence régionale de santé (ARS).

Dans le viseur, en région Grand Est, ils sont précisément trois départements à être scrutés, la Marne, la Meuse et la Meurthe-et-Moselle avec des taux d’incidence qui s’élèvent. Toutefois, les départements de la Meuse et la Meurthe-et-Moselle se caractérisent par un nombre de tests réalisés très important par rapport à ceux menés dans l’hexagone. 

Taux IncidenceTableau de bord des données régionales du 09/06/20 / source ARS Grand Est
 

Plus de 15 000 tests effectués et plusieurs clusters identifiés en Meurthe-et-Moselle

Depuis le 11 mai dernier, la Meurthe-et-Moselle a initié une importante « vague de tests » pour traquer le virus. À ce jour, selon les chiffres de l’ARS, 18 202 tests ont été effectués dont 341 se sont révélés positifs. Concernant la campagne de dépistage covid-19 réalisée « au plus proche du public » grâce à un bus itinérant affrété par l’entreprise Keolis a quant à elle permis de tester dans le département déjà 1046 personnes permettant d'établir la positivité de 13 individus. 

Une des tâches sans doute les plus ardues et un défi crucial pour les équipes de santé, celle du « contact-tracing » menée par l’ARS en lien avec la CPAM et les médecins de l’assurance maladie depuis le 13 mai. Objectifs, identifier les patients zéro et reconstituer les chaînes de contaminations pour retrouver les cas contacts. Ainsi, plus de 320 fiches de patients traités par l’assurance maladie ont été ouvertes, 1267 personnes en cas contacts ont été identifiées, révèle l'ARS.

Toujours selon l'Agence Régionale de Santé, au moins 20 nouveaux cas par jour sont détectés par l’assurance maladie avec un intérêt particulier lorsque ceux-ci font partie de collectivités. Une démarche qui a permis l’identification de plusieurs clusters dans le département de la Meurthe-et-Moselle où de nouvelles contaminations sont observées. Parmi eux, 8 EHPAD sont actuellement surveillés, plus exactement deux EHPAD « en fin de cluster » et six nouveaux EHPAD, 5 structures hospitalières, mais aussi 2 établissements scolaires et deux crèches de Nancy. Enfin la Cité judiciaire ferme la boucle avec 3 cas diagnostiqués en moins de 7 jours, détaille Eliane Piquet. 

« La sphère privée » à l’origine de nouvelles contaminations

Prudence est mère de sureté pour les services de l’État, qui lancent un appel à la vigilance avec le respect des gestes barrières et la distanciation sociale pour soi, mais également pour les autres. « Les gens sont prudents à géométrie variable. IIs vont faire leurs courses, se rendre au bureau avec un masque avec toutes les précautions utiles, mais ensuite ils vont faire la fête avec les voisins et là, ils vont oublier les précautions... » regrette le préfet évoquant « un problème dans la continuité de la prudence et la continuité des gestes barrières ». Des relâchements observés notamment dans « les moments privés » sources de nouvelles contaminations, analyse aussi l’ARS dans le cas des clusters identifiés en Meurthe-et-Moselle.  

Des rassemblements privés auxquels s’ajoutent aussi les terrasses bondées de cafés, restaurants, bars... Le message adressé à la population est donc plus que jamais de respecter la distanciation sociale ainsi que le port du masque notamment dans les lieux fermés où le virus s’échappe plus difficilement.

Une situation à laquelle les services de l’État précisent qu’ils resteront particulièrement vigilants avec l’intervention des forces de police si nécessaire pour faire respecter la réglementation en vigueur. Des dispositions qui pourraient encore s’étendre dans le département, le 5 juin dernier, Eric Freysselinard a écrit à tous les directeurs de grandes surfaces pour rendre le masque obligatoire...

 

Éléments similaires (par tag)