août 07, 2020

Vidéo. UNITE SGP POLICE FO 54: Christophe Castaner "s'est précipité"

photo d'archives photo d'archives
Vidéo. Policiers suspendus en cas de "soupçons avérés" de racisme, les déclarations de Christophe Castaner ont mis en colère les policiers. En Meurthe-et-Moselle, la réaction d'Unité SGP Police-Force Ouvrière, syndicat majoritaire de la Police nationale.

>>> Réaction de Abdel Nahass - Secrétaire général du syndicat Unité SGP Police 54 . 


La mort de Georges Floyd a provoqué une onde de choc et catalysé les griefs à l’encontre des forces de police dans le monde. De nombreux rassemblements ont eu lieu en France pour rendre hommage à l’homme, mais aussi condamner les brutalités policières et le racisme dans les forces de police.

Dans une allocution très attendue, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur a détaillé lundi 8 juin une série de mesures pour améliorer la déontologie des forces de l’ordre exigeant une « Tolérance zéro contre le racisme ». Le locataire de Beauvau a également annoncé l’abandon de la méthode controversée dite « de l’étranglement » ainsi qu’une réforme « en profondeur des inspections du ministère de l’Intérieur » pour « plus d’indépendance ». Autre mesure la suspension « systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d’actes ou de propos racistes ».

Des déclarations qui ont vivement fait réagir les syndicats de police, policiers et gendarmes, certains y percevant dans la sémantique une remise en cause de la présomption d’innocence. En Meurthe-et-Moselle, le syndicat Unité SGP Police-Force Ouvrière, syndicat majoritaire de la Police nationale s'est également exprimé sur le sujet. Si le syndicat dit comprendre le mouvement autour de la mort de Georges Floyd qu’elle considère comme « un assassinat », elle rejette toute forme d’assimilation à la police française « On comprend que la jeunesse soit outrée, mais ce n’est pas assimilable, transposable à la police nationale », commente Abdel Nahass syndicat Unité SGP Police 54. 

Dans les rangs de la police « les collègues sont dégoûtés »

La série d'annonces de Christophe Castaner ont rendu perplexes voire suscité la colère des policiers de terrain. Pour le syndicat, « le ministre s’est précipité, il a fait du clientélisme », affirme le syndicaliste évoquant l’absence de débat notamment avec les représentant syndicaux. « Ces annonces, il pensait que ça allait amener le calme, je ne pense pas, ça a jeté l’opprobre sur toute une profession ». Dans les rangs de la police « les collègues sont dégoûtés », confirme-t-il. 

Concernant le bannissement de la prise dite « de l’étranglement », le syndicat juge sévèrement la décision estimant qu’elle compliquera sérieusement la tâche des policiers. Sans cette méthode « ni plus ni moins, on ne peut plus interpeller », estime Abdel Nahass, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police 54. En attendant, les policiers ne prendront « pas de risque ». 

Bons plans

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties