décembre 03, 2021

Conseil départemental : les syndicats dénoncent l'absence de dialogue social

photo d'illustration photo d'illustration
Les organisations syndicales du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle (FO, CGT, SUD et CFDT), dénoncent la dégradation des conditions de travail et une gestion comptable des ressources humaines 

 

À quelques jours du premier tour des municipales, les organisations syndicales ont tenu à dénoncer publiquement « les dégradations de conditions de travail » au sein des services du conseil départemental présidé par Mathieu Klein. Une dénonciation qui tombe plutôt mal pour ce dernier qui a fait figurer dans son programme pour Nancy un meilleur dialogue social au sein de la mairie. Selon Philippe Bertrand, délégué CFDT au conseil départemental « nous regrettons de faire cela en période électorale, mais notre action est guidée par l’urgence, ce n’est pas le candidat qui est visé, mais la politique de ressources humaines au sein de la collectivité, notre objectif n’est pas de parasiter les élections. » Excluant tout règlement de compte, Philippe Bertrand appelle de son souhait « que le dialogue social au conseil départemental soit au même niveau que celui que Mathieu Klein promet d’instaurer à Nancy. »

Une urgence qui s’est révélée vendredi dernier lors d’une CHSCT durant laquelle plusieurs agents de la filière médico-sociale ont imposé leur présence pour exprimer, parfois en pleurs ou les larmes aux yeux, leur mal-être. Des travailleurs sociaux qui dénoncent un manque d’adéquation entre la charge de travail et les moyens humains à disposition dans un contexte où la demande sociale est de plus en plus forte. Ces témoignages ont eu le mérite de révéler l’urgence de la situation et ont permis aux syndicats de s’accorder sur la rédaction d’un communiqué commun ce qui « relève de l’exceptionnel » selon Philippe Bertrand qui constate « que l’absence de dialogue social au sein du conseil départemental est telle que nos organisations ont su se mettre d’accord. »

Une absence de dialogue social « apparu il y a environ un an et demi » regrette Philippe Bertrand qui rappelle la signature en 2014 de la charte de dialogue social « qui n’existe plus aujourd’hui, au contraire c’est un rapport de force qui s’est installé » estime le syndicaliste. Comment expliquer ce revirement ?  Le délégué CFDT souligne que « des équipes nouvelles sont arrivées avec de nouvelles formes de dialogue social qui ne nous correspond pas, avant la volonté de dialogue social existait, aujourd’hui c’est plutôt de la dissuasion. » Et le président du conseil départemental ? « Je l’ai sollicité il y a un peu plus d’un mois, je n’ai toujours pas eu de réponse » constate Philippe Bertrand. 

Ce dernier déplore  « une usure plus marquée et une souffrance au travail dans les collèges liées au mode de gestion des ressources humaines » avec une autorité à deux têtes, d’un côté l’Education Nationale et de l’autre la collectivité. Philippe Bertrand annonce « 10 000 jours d’arrêt maladie dans les collèges qui concernent 1/3 des agents, provoqués par l’usure professionnelle, mais aussi et c’est nouveau par les risques psycho-sociaux. » Dans le domaine médico-social, le représentant CFDT regrette « que l’on parle seulement d’équilibre financier alors que la demande est forte et que les moyens humains doivent être adaptés par exemple dans les maisons des solidarités. »

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
28