juin 23, 2021

Interview. Les vacances « un droit pas un luxe » selon les Jeunes Socialistes

Nancy — Les jeunes socialistes de Meurthe-et-Moselle lancent une campagne sur le « droit aux vacances ». Explications d'Eliott Pavia, président des Jeunes Socialistes de Meurthe-et-Moselle. 
MJS
Les jeunes socialistes de Meurthe-et-Moselle - photo ici c nancy fr

Les jeunes socialistes de Meurthe-et-Moselle lancent à quelques jours des vacances d'été une campagne pour un droit aux vacances. Pour ce faire, ils vont à l'encontre des Nancéiens pour présenter leurs idées et les convaincre que les vacances ne devraient pas être un luxe, mais un droit. Interview d'Eliott Pavia, président des jeunes Socialistes de Meurthe-et-Moselle. 

Quel est le but de cette campagne ?

Eliott Pavia : Dans toute la France, les jeunes socialistes effectuent une campagne pour faire des vacances un droit et non un luxe. L'idée est de rencontrer des jeunes, mais pas seulement pour leur exposer à la fois le problème, un jeune français sur deux, entre 18 et 25 ans, a décidé de ne pas partir en vacances cette année, et nos solutions. 

Justement, quelles sont ces solutions ?

Nous souhaitons individualiser les aides en permettant pour les familles les plus défavorisées d'avoir une aide de 200 euros chaque été pour pouvoir partir en vacances et avoir la possibilité de s'émanciper. Dans le même temps, nous souhaitons plus d'aides de l'état surtout au niveau des associations d'éducation populaire qui proposent des tarifs préférentiels pour les départs en vacances en direction des familles. 

Comment attribuer ces aides ?

Pour les 200 euros, ils iraient directement dans le porte-monnaie des familles, cela permettrait une liberté d'action vis-à-vis de cette somme. Pour les aides des associations, des subventions existent déjà, nous aimerions reconnaître l'utilité publique de ces associations, qui font déjà un travail extraordinaire, par exemple les Francas ou encore la Fondation Léo Lagrange, pour leur permettre de développer leurs programmes, de se diversifier et pour pouvoir proposer des tarifs encore plus avantageux pour les familles intéressées. 

Dans une période de rigueur budgétaire, comment financer ces aides ?

Nous avons de nombreuses solutions pour lutter contre la fraude, l'optimisation fiscale, qui représentent des sources de recette. Pour donner un exemple concret, pour les étudiants, nous proposons une allocation d'autonomie qui permettrait à de nombreux étudiants de sortir du salariat pour partir en vacances. Cette allocation serait financée en inversant les taxes, les parents qui ont un élève ou un étudiant dans le foyer sont indemnisés fiscalement, nous aimerions que cette indemnité aille directement dans l'allocation d'autonomie pour que le jeune puisse s'émanciper avec ses propres choix et non plus dépendre de sa famille sur les décisions qui le concernent.

Distribuer un tract avec le logo du PS n'est-il pas compliqué en ce moment ?

L'accueil est mitigé, mais cela permet de rappeler que le MJS a cette autonomie, ce qui ne veut pas dire indépendance, par rapport au PS, nous avons donc une liberté de parole par rapport à ce que fait le gouvernement. Nous avons été les premiers à le soutenir dès lors qu'il agissait pour les jeunes, comme les mesures sur l'éducation, le collège en même temps nous étions les premiers à protester contre la déchéance de nationalité, la loi travail contre laquelle nous continuons notre mobilisation dans la rue. D'ailleurs, notre campagne sur les vacances permet aussi de parler de cette loi travail qui a l'avantage de politiser le débat sur un sujet extrêmement important, le travail et les questions sociales.Cela nous permet de faire de la politique avec les jeunes et de recruter sur des questions sociales plutôt que des questions sociétales, identitaires et autres sujets nauséabonds qui contaminent actuellement notre société.

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties