janvier 21, 2022

Nancy et région. État d'Urgence, fête de la Saint-Nicolas : 200 élus pour parler « sécurité »

Nancy. Le préfet de Meurthe-et-Moselle a concerté hier, 200 élus locaux sur le thème de la sécurité. Au cœur des discussions, la mise en place du dispositif de sécurité en lien avec l’état d’urgence.  
Police2creditDGPNSicop

Prendre le pouls. À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, après les attentats meurtriers qui ont frappé Paris et la Seine-Saint-Denis, la France vit désormais sous l’État d’urgence. Comment adapter ce dispositif pour assurer la sécurité de chaque citoyen de manière efficace et sans perturber le fonctionnement des structures ? Pour apporter des solutions à ce casse-tête, Philippe Mahé, préfet du département de Meurthe-et-Moselle a organisé durant plusieurs jours une série de réunions de sensibilisation associant l’ensemble des acteurs concernés. Autour de la table, différents responsables se sont rassemblés pour exprimer leurs doutes, leurs craintes ou encore aborder des solutions. Ainsi, plusieurs réunions ont été organisées avec les représentants des sites classés SEVESO, l’état-major de sécurité regroupant les forces de sécurité, les représentants des autorités judiciaires et militaires et les sous-préfets d’arrondissement, les gestionnaires des établissements recevant du public les plus importants du département (centres commerciaux, salles de spectacle, salles de congrès ...) ou encore une ultime réunion avec l’ensemble des maires du département ce jeudi. Donner des consignes, informer les gestionnaires des sites sensibles et des sites recevant du public des nouvelles mesures de sécurité, coordonner avec les parties prenantes le renforcement de la sécurité et surtout créer des liens pour protéger et prévenir le risque terroriste étaient autant de sujets abordés pour accroître la sécurité. En Meurthe-et-Moselle, depuis l’état d’urgence, des mesures ont été prises selon la préfecture du département, à commencer par le renforcement de l’armement et de l’équipement des forces de l’ordre, le doublement des patrouilles militaires, le renforcement des patrouilles de police et de gendarmerie sur les lieux sensibles .

Rencontrer les maires était également important pour Philippe Mahé, préfet de Meurthe-et-Moselle : « Après un temps de recueillement, il faut avoir un temps de vigilance, il faut des mesures de vigilance parce que la vie reprend ses droits, la vie économique, la vie culturelle et la vie festive, d’une certaine manière, puisque nous arrivons en fin d’année avec les fêtes de Noël. Donc, il était un important pour nous, pour moi, préfet de Meurthe-et-Moselle  que les maires puissent bénéficier d’une information et notamment les maires des communes les plus petites qui sont parfois esseulées dans l’exercice de leurs missions et de leurs fonctions... » a-t-il déclaré.

 

Défilé et spectacle de la Saint-Nicolas à Nancy ? Réponse lundi. À l’approche des fêtes de fin d’année, aucune mesure d’interdiction n’a été prise concernant les manifestations publiques. En revanche, au moins une, pourrait-être annulée, celle de la fête de la Saint-Nicolas à Nancy. Une manifestation phare, l’une des plus importantes de l’Est de la France suivie dans les différents lieux de la cité ducale par près de 100 000 personnes. Une concentration de visiteurs qui pourrait poser problème en terme de sécurité dans le contexte actuel de l’État d’urgence et de la tenue de la COP 21 à Paris qui ne sera pas sans conséquence pour le département, privé notamment des forces mobiles au détriment de Paris. « Nous travaillons depuis samedi avec le maire de Nancy sur le dossier, on a mis à plat entre nos équipes de la ville et les services de l’État l’ensemble du dossier de la manifestation qui comprend, je le rappelle, le vendredi un spectacle pyrotechnique et le samedi un défilé dans les rues de Nancy. Donc, nous mettons à plat, nos équipes travaillent pour savoir si les conditions totales, complètes d’organisation de ce dispositif et savoir s’il est adapté dans la situation à laquelle nous vivons aujourd’hui, on continue ce travail aujourd’hui et ce week-end par respect pour les organisateurs, par respect pour la ville de Nancy... », a expliqué le préfet de Meurthe-et-Moselle. La décision d’annuler ou pas le spectacle sera rendue lundi.  

 

État d’urgence et perquisitions à Vandœuvre-lès-Nancy. Depuis la mise en place de l’état d’urgence en France, les perquisitions se multiplient sur tout le territoire, 793 perquisitions ont ainsi été menées conduisant à 107 interpellations et 90 gardes à vue sur le territoire selon un communiqué du ministère de l'Intérieur. Et pour cause, avec une portée de l’état d’urgence plus importante, le renforcement des pouvoirs des préfets des départements a été accru, il est possible pour les forces de l’ordre de procéder à des perquisitions de jour comme de nuit. À Vandoeuvre-lès-Nancy, jeudi matin, rue Amsterdam, une perquisition menée à 4 heures a permis aux policiers de Nancy d’interpeller trois personnes et de découvrir une arme, des stupéfiants, de l’argent. Les individus étaient « connus dans une certaine mouvance », sans lien avec des faits de terrorisme, a précisé Thomas Pison, procureur du TGI de Nancy . 

 

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties