mai 06, 2021

Manque d'effectifs dans la police, en Meurthe-et-Moselle le cri d'alarme de Unité SGP FO 54

Meurthe-et-Moselle. Des policiers qui croulent sur les affaires... Unité SGP FO 54 tire la sonnette d'alarme et s'élève sur le manque criant d’effectifs dont souffre le département. 

Du nord au sud du département, peu ou prou, le même constat récurrent celui du sous-effectif, s’alarme ce mardi 2 mars 2021, dans un communiqué le syndicat Unité SGP Police FO 54. Le syndicat de police majoritaire au sein de la DDSP 54 évoque une situation sur le terrain qui n’a cessé de se dégrader au fil des ans notamment dans les Circonscriptions de Sécurité Publique de Toul, Briey, Longwy/Villerupt et Nancy et dénonce l'immobilisme des ministres successifs. 

Une activité sans cesse plus prégnante sur le terrain qui l'est aussi sur le plan judiciaire avec des dossiers qui s’accumulent. Selon le syndicat, ce point de rupture se matérialiserait à ce jour par « un nombre supérieur à 4000 dossiers en retard à traiter » sur le secteur du Pays Haut, la CSP Longwy/Villerupt. À Nancy « les effectifs de la Sûreté Départementale croulent sous les affaires, le nombre d’enquêtes attribuées à un fonctionnaire pouvant dépasser les 400 dossiers (pour autant de victimes) tandis que les effectifs du Service de Voie Publique ont fondu d’environ 40 effectifs en 5 ans ». Et à Toul ? « Les effectifs de policiers en tenue ne sont pas en nombre suffisant notamment pour faire face aux violences urbaines qui surviennent régulièrement dans le quartier de la Croix de Metz » alors que dans le même temps les Officiers de police judiciaire sont nettement insuffisants au regard « d’une importante population carcérale, répartie sur les centres de détention de Toul et d’Ecrouves » et quioccasionne « une surcharge de travail judiciaire de l’ordre de 800 dossiers par an ». 

« A l’appui de ces chiffres alarmants », le syndicat affirme que « le seuil d’alerte critique en termes d’effectifs a été dépassé » et considère que « les policiers Meurthe-et-Mosellans ne seront bientôt plus en capacité d’assurer la sécurité de leurs concitoyens ». Pour autant, la qualité de leur travail et de leur engagement auprès de la population ne peuvent être remis en cause avec un taux d’élucidation de plus de 45 % et pas loin de 36 000 interventions suite à « appel 17 » assurées en 2020. 

« La Meurthe-et-Moselle serait-elle le département oublié du Ministère de l’Intérieur ? », s’interroge Unité SGP Police FO 54 qui en appelle au ministère de l'Intérieur, Gérald Darmanin pour des « renforts immédiats et conséquents d’effectifs et l’attribution des moyens nécessaires pour les Circonscriptions de Sécurité Publique de Toul, Briey, Longwy/Villerupt et Nancy ». 

 

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30