juin 30, 2022

Grand Nancy. Harcèlement : cinq collégiens placés en garde à vue après l'agression d'une camarade de classe

Photo crédit ici-c-nancy.fr Photo crédit ici-c-nancy.fr
Cinq jeunes, âgés de 15 ans, ont été placés en garde à vue à l'hôtel de police de Nancy, ils sont suspectés de faits de harcèlement scolaire et/ou d'agression d'une de leur camarade d'un établissement du secondaire de l'agglomération nancéienne. 

Dans l'hexagone, l'Unicef évalue à 700 000 élèves le nombre de victimes de harcèlement scolaire. Des agissements qui font régulièrement l'objet de campagnes de prévention dans les établissements scolaires sans toutefois endiguer complètement le fléau. La police de Nancy communique, ce mercredi, sur son compte Twitter en vue de sensibiliser parents, enfants et enseignants sur ce phénomène de violences constaté récemment dans un collège de l'agglomération nancéienne.  

Les faits auraient débuté au mois de novembre 2021 par le croche-pied d'un collégien à l'une de ses camarades âgée de 14 ans. "Un acte gratuit" qui débouchait sur la perte de connaissance de la victime et un transport à l'hôpital de Brabois. Si la famille ne déposait pas plainte, une sanction était prononcée dans le cadre scolaire à l'intention de son agresseur présumé, un camarade âgé de 15 ans, qui était exclu 2 jours. 

Des faits encore plus graves allaient se reproduire entre le 29 janvier et le 1er février 2022. D'après la police, la jeune fille déposait plainte pour agression sexuelle envers ce même camarade pour des attouchements "aux fesses, genoux et cuisses". Mais, la connaissance d'une plainte à son encontre aurait engendré l'ire de l'auteur présumé qui aurait réuni plusieurs camarades pour exercer des pressions psychologiques sur la victime. C'est finalement le 1er mars 2022, qu'un petit groupe constitué de 2 filles et de 3 garçons allaient poursuivre la jeune fille dans le bus à la sortie du collège pour l'insulter tout au long du voyage. A la sortie du véhicule, dans la rue, l'un d'eux, une jeune fille domiciliée à Damelevières, allait pousser sa camarade et la rouer de coups de pied et de coups de poing. Des images captées par le smartphone d'un autre comparse. Une agression aussi violente que rapide puisqu'elle était interrompue par la présence d'une étudiante qui s'interposait et mettait en fuite les agresseurs. 

Six semaines d'ITT, la victime placée en chaise roulante

Au-delà du traumastisme psychique, sur le plan physique, l'agression a laissé des traces. Placée en chaise roulante, la jeune fille s'est vue délivrer 6 semaines d'ITT pour une fracture au poignet et une entorse à la cheville et doit garder désormais son domicile. Une double peine pour cette élève, aux bons résultats scolaires, préparant le diplôme du brevet, éloignée temporairement des salles de cours. 

Les cinq collégiens âgés de 15 ans, accusés d'avoir participé, à son lynchage, ont été convoqués jeudi 10 mars au commissariat de Nancy pour être entendus par les policiers du Groupe de protection des familles. Placés en garde à vue, ils ont reconnu les faits expliquant leurs gestes parce qu'ils "ne l'aimaient pas". 

Sortis de garde à vue le 11 mars, les collégiens devront prochainement répondre de leurs agissements lors d'une convocation devant le délégué du procureur en vue d'une réparation pénale. Une présentation programmée le 9 juin prochain lors d'une COPJ pour les principaux auteurs, la jeune fille poursuivie pour blessures ainsi que pour l'auteur poursuivi pour attouchements domicilé à Vandoeuvre-lès-Nancy. Les trois autres collégiens, domiciliés à Pulnoy et Epinal, seront jugés pour harcèlement et captation d'images les 20 avril et 27 avril. 

D'après le Code Pénal, les auteurs rendus coupables de faits de harcèlement scolaire encourent 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende s'ils s'accompagnent d'une incapacité temporaire de travail inférieure ou égale à 8 jours. Dans le cas d'une ITT supérieure à 8 jours, les peines peuvent atteindre 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Les services de police de Nancy rappellent l'existence de numéros verts gratuits, anonymes et confidentiels pour être écouté, conseillé, aidé et protégé, tels que le "3020" réservé aux faits de harcèlement et le "3018" (également sous forme d'application) une ligne d’écoute pour des situations de cyberharcèlement. 

 

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim