Nancy : un rassemblement statique pour les opposants au pass vaccinal

À l’appel du Bloc Lorrain, une centaine de personnes s'est rassemblée, samedi 22 janvier, Place Maginot à Nancy. Un rendez-vous pacifique et statique contre le pass sanitaire lors duquel certains opposants ont symboliquement brûlé la version papier de leur pass sanitaire. 

Comme chaque samedi, les opposants au pass vaccinal étaient à nouveau réunis dans la rue. À Nancy, place Maginot, ils étaient jusqu'à 180 manifestants (d'après les chiffres de la police) au plus fort de l'évènement à s’être mobilisés au cours d'un rassemblement statique. Une action revendicative à laquelle s'est associée le collectif des "Masques Blancs" arborant des pancartes à l'effigie de personnes désignées comme victimes des vaccins.

La préfecture de Meurthe-et-Moselle avait, la veille de l'évènement, annoncé qu'elle ne délivrerait pas de récepissé au Bloc Lorrain pour la tenue d'une manifestation au sein de l'hyper-centre de Nancy. Pour éviter d'éventuels incidents, des effectifs de police avaient été déployés aux abords du périmètre interdit dont la Rue Saint-Jean. 

"C'est une manifestation statique qui restera place Maginot, Nous, le Bloc lorrain, moi-même, j'annule la manifestation, à cet instant précis parce que nous ne rentrerons pas en négociation avec des gens qui nous ignorent", a déclaré aux alentours de 15h au micro un porte-parole du Bloc Lorrain en donnant rendez-vous ce dimanche aux manifestants à Bruxelles pour une manifestation à dimension européenne. 

manifestation masques blancsLes masques blancs rassemblés sur la Place Maginot - photo ici-c-nancy.fr

Une déambulation interdite à Nancy qui n'a pas entravé les revendications et les protestations des manifestants qui ont exprimé leur farouche opposition à la politique sanitaire du gouvernement. Dans le viseur des manifestants, la vaccination et le pass vaccinal qui après sa validation du Conseil constitutionnel doit entrer en vigueur à partir du lundi 24 janvier, pour les plus de 16 ans.

Contre des mesures jugées "discriminatoires", certains manifestants ont, au cours du rassemblement mené une action symbolique en réduisant en cendres leur pass sanitaire mis à feu.