Vidéo. Après un an de mandat, Mathieu Klein dresse un premier bilan et livre ses perspectives

Mathieu Klein a dressé ce vendredi matin, au cours d'un point presse, un premier bilan de sa première année de mandat et s'est exprimé sur la résiliation du contrat de concession conclu entre la métropole nancéienne et le groupe Grand Nancy Thermal Développement après l'avis rendu du tribunal admnistratif. 

En Vidéo. J+365 : Mathieu Klein, maire de Nancy et président de la Métropole du Grand Nancy s'exprime sur sa première année de mandat

Sur la terrasse du bâtiment Totem de la French Tech dans le quartier des « Rives de Meurthe » , Mathieu Klein, Maire de Nancy et président de la Métropole du Grand Nancy s’est soumis ce vendredi 9 juillet à un exercice de bilan de sa première année de mandat en présence des médias. Élu officiellement maire de Nancy, dimanche 5 juillet 2020 une semaine après le deuxième tour des élections municipales, l'édile avait été élu mi-juillet pour prendre la tête de la présidence de la Métropole. Une victoire historique pour la gauche. Comment le maire également président de la métropole du Grand Nancy a vécu cette première année ? Où en est-on dans les grands dossiers de la Métropole tels que Nancy Grand Coeur et le tram ? Et maintenant, quelle sera la feuille de route de la majorité à l’horizon 2021 - 2022 ? 

Une année marquée par l'épidémie sanitaire 

Une première partie de mandat imprégnée de bout en bout par l’épidémie de Covid-19. Une année au rythme soutenu et « sans temps mort », insiste Mathieu Klein évoquant dès juillet 2020 avoir sollicité le préfet de Meurthe-et-Moselle, Éric Freysselinard (à cette époque), pour instaurer l’arrêté rendant obligatoire le port du masque obligatoire du centre ville. Une actualité si prégnante qu'elle conduisait l'élu encore il y a quelques jours à effectuer un signalement après du procureur de la République à la suite d'une mise en scène macabre d’un sapeur-pompier lors du rassemblement antivax samedi dernier rassemblant quelques centaines de personnes anti-vaccins, anti-masques et corona-sceptiques.

Concernant les projets phares de la municipalité inspirés par « un mandat de transformation pour la ville et la métropole ». «Je crois que nous avons jeté les bases depuis un an tant sur la transformation écologique, sur le plan des mobilités, sur le plan de l’attractivité, de la sécurité, de la propreté, de la citoyenneté et de la participation des habitants », estime Mathieu Klein évoquant également les projets de transformations urbaines. « Celles des quartiers en cours d’évolution comme Nancy Grand Coeur, les Rives de Meurthe et des quartiers de demain celui de Alstom avec le projet de déménagement du palais de justice en passant par l’émergence de nouveaux quartiers à moyen et long terme,ceux des quartiers liés à la restructuration du CHRU, le départ à horizon 2028 de l’hôpital central et 2031 pour la maternité ». 

Cap sur une nouvelle dynamique démographique

Le maire et président de la Métropole a également affiché son désir d’imposer un nouveau dynamisme pour la ville de Nancy et pour les habitants de la métropole. « J’ai une boussole celle du renouvellement démographique du territoire et de la dynamique démographique qu’il faut reconquérir, nous sommes sur une ligne de crête. Il faut donner envie de Nancy et faire en sorte et que vivre à Nancy et dans la métropole du Grand Nancy soit accessible à toutes et à tous, à tous les âges de la vie ». 

La piétonnisation, un élan symbolique pour « une nouvelle façon de vivre la ville »

À compter du 10 juillet, la ville de Nancy va expérimenter (pour étendre les Estivales de Stanislas) la mise en place d'un chemin piéton entre la Porte de la Craffe jusqu'au croisement de la rue Saint-Nicolas et de la rue du Docteur Schmitt. « La piétonnisation est l’amorce d’une nouvelle façon de vivre la ville » affirme Mathieu Klein évoquant la place Stanislas comme un point de départ et dont la piétonnisation ne pourrait plus à ce jour être remise en cause. « Ce test d’une piétonnisation estivale va donner envie même à celles et ceux qui peuvent avoir des craintes, de donner envie de le prolonger. Nous sommes devant un enjeu majeur celui d’une ville apaisée, une ville qui permet de circuler et à toutes les mobilités de cohabiter sereinement, une ville qui retrouve le sens de la convivialité. C’est un mouvement, je veux le dire clairement, irréversible, et nous aurons l’occasion en adaptant le plan métropolitain des mobilités à l’automne prochain, de fixer une ambition forte d’un vaste plateau piéton non seulement à Nancy, mais dans d’autres villes de la métropole qui pourront le souhaiter ». 

Propreté : de la prévention à la verbalisation

Enjeu majeur de la majorité municipale et qui devrait prendre encore un peu plus d'épaisseur dans la suite du mandat le sujet de la propreté contre les dépôts de déchets ou encombrants sauvages ou les déjections canines qui font l'objet régulièrement de signalements de riverains et même de rippeurs de la RIMMA contraints de se réorganiser .

« Dès le début du mandat, j’ai souhaité renforcer les équipes de nettoyage au centre-ville, 20 personnels supplémentaires ont été affectés » rappelle Mathieu Klein saluant les premiers résultats de cette décision et un passage plus fréquent de la balayeuse. 

Mais là, où il y a l’intervention publique « il faut que la contrepartie soit la responsabilité individuelle, nous ne pouvons pas nous substituer à toutes les formes incivilités », prévient Mathieu Klein en appelant « à la responsabilité de chacun ». Concrètement, le déploiement du plan propreté sécurité consistera en une politique de prévention active et le renforcement du régime de sanction et de leur application.