Rixe mortelle à Nancy : l'auteur présumé mis en examen pour homicide volontaire et écroué

L’auteur présumé d'un homicide volontaire survenu dans le quartier du Faubourg des Trois Maisons à Nancy a été mis en examen, ce dimanche après-midi, et placé en détention provisoire, a annoncé aujourd'hui le parquet de Nancy. Le second individu, le locataire, présent lors des faits a été placé sous contrôle judiciaire.

C’est en intervenant sur un différend avec arme vendredi soir dans un appartement du Faubourg des Trois Maisons que la police faisait face à trois individus, l’un d’eux avait succombé à des blessures « susceptibles d’avoir été commises par un instrument perforant », selon l’examen médico-légal effectué sur place. Des faits s’inscrivant d’après le locataire de l’appartement présent « à des coups réciproques entre deux personnes qui avaient squatté son appartement ». L’origine de la dispute serait liée à un problème de stupéfiants. 

Les policiers de la sûreté départementale et la police judiciaire ont placé en garde à vue le locataire de l’appartement ainsi que le second individu (hospitalisé dans un premier temps pour des blessures) considéré comme le principal suspect.

L’auteur présumé accusé « d’homicide volontaire » est bien connu de la justice avec 13 mentions à son casier sur la période de 2007 à 2018 condamné en autre à deux reprises pour des infractions aux stupéfiants, à des violences avec arme. Il a été mis en examen ce dimanche après-midi par le juge d’instruction de Nancy et placé en détention provisoire sur réquisitions conformes du parquet de Nancy. Il conteste les faits qui lui sont reprochés, a indiqué Stéphane Javet, procureur de la République adjoint.

Selon le procureur, le locataire est également connu de la justice avec 25 mentions à son casier sur la période 1983 à 2014 avec de nombreuses violences aggravées, extorsion, évasion et infractions aux stupéfiants. Ce dernier a été mis en examen du chef de « non-empêchement de commettre un crime » et a été placé sous contrôle judiciaire.

Une autopsie de la victime, un homme quadragénaire également connu de la justice, devrait être pratiquée mardi 16 mars afin de déterminer les causes du décès.