janvier 16, 2021

Le Grand Nancy, premier pôle commercial de Lorraine (ADUAN)

ÉCONOMIE. Alors que plusieurs fermetures de commerces sont annoncées ces prochains mois dans le centre-ville de Nancy, la question du dynamisme du centre-ville revient au centre des réflexions. Nancy serait-elle impactée par la désertification qui touche de plein fouet de nombreux centres-villes de France ? « Non » répond catégoriquement, l’Agence de Développement et d’Urbanisme de l’Aire urbaine Nancéienne, chiffres à l’appui. 
RueSaintJeanNancy
La rue Saint-Jean à Nancy - crédit photo www ici c nancy fr

Loyers élevés, rideaux métalliques fermés, pancartes à vendre et annonce de plusieurs fermetures de commerces dont Go Sport, Darty ou encore Mexx, il n’en fallait pas plus pour faire naître de sérieux doutes sur le dynamisme du centre-ville de Nancy. Pour en savoir davantage, nous avons franchi les portes de l’Agence de Développement et d’Urbanisme de l’Aire urbaine Nancéienne (ADUAN) qui mène les réflexions en amont apportant ses conseils à la définition des politiques d’aménagement et d’urbanisme mises en œuvre par les collectivités. Parmi les missions de l’agence, la prospection économique avec une présence dans les salons professionnels dédiés aux commerces afin de rencontrer des enseignes en fonction d’une stratégie définie avec les élus. Pour pouvoir établir des diagnostics, l’ADUAN observe les nouveaux modes de consommation et analyse les tendances et mutations à venir dans le commerce afin de mieux cerner les enjeux. Forts de ces constats et en première ligne pour étudier les pôles commerciaux et leurs opportunités d’investissement et de développement, l’ADUAN dresse un constat sans ambiguïté « on voit que le Grand Nancy est le premier pôle commercial de Lorraine et notamment son centre-ville, donc cela nous interpelle quand même, lorsqu’on arrive à nous dire que le commerce de Nancy est moribond » s’étonne Priscilla Pierre admettant qu’il s’agit effectivement « d’une période économique compliquée, mais contrairement à d’autres territoires, le commerce dans l’agglomération de Nancy va bien, il y a effectivement quelques rideaux fermés, mais à chaque fois il y a une explication » relativise la directrice générale adjointe de l’ADUAN. Pour en savoir plus, nous avons interrogé Benjamin Brillaud, chargé de mission à l’ADUAN et plus spécialement dans le domaine du commerce.

AduanCarteLorraine

Interview de Benjamin Brillaud, ADUAN

En France, la situation devient de plus en plus difficile dans les zones urbaines, les commerçants sont confrontés à la désertification du centre-ville et doivent parfois mettre la clé sous la porte. À Nancy, peut-on considérer que le centre-ville manque de dynamisme ?  

La situation du commerce sur Nancy et sur le centre-ville est de manière générale stable, aujourd’hui, en terme de chiffres d’affaires au mètre carré, on estime que nous avons un bon ratio par rapport à d’autres agglomérations notamment en Lorraine puisque nous avons environ 460 000 m2 de surface de vente développée pour un chiffre d’affaires de 2,7 milliards euros. Par rapport à la vacance, aujourd’hui elle est particulièrement faible sur Nancy, on est autour de 5 %, c’est une valeur que nous avons depuis une dizaine d’années, si on distingue la vacance fonctionnelle c’est-à-dire les locaux qui sont vacants et qui ne sont même plus d’ailleurs sur le marché de la vacance de rotation, on peut considérer que nous sommes autour de 2,5 %, un taux très réduit donc.

Comment se caractérise le commerce du centre-ville de Nancy ? 

Le centre-ville de Nancy compte près de 1300 commerces et si on rajoute la vieille ville avec 400 commerces, on tourne autour de 1700 commerces, cette valeur est stable depuis plusieurs années, elle fluctue légèrement à peine de 1 % par rapport à l’année précédente. Concernant, la typologie, elle n’évolue pas non plus. On a deux spécificités propres au centre-ville. D’une part, l’équipement de la personne, vous avez près de 70 % des commerces de l’agglomération en terme d’équipement à la personne qui sont au centre-ville de Nancy, c’est une stratégie qui a été assumée par les élus de ne pas développer l’équipement de la personne en périphérie à l’exception de la galerie Cora à Houdemont ou de la Porte Verte II à Essey-lès-Nancy. D’une certaine manière c’est de résultat d’un développement commercial maitrisé. Le deuxième point, c’est la restauration puisque près 40 % des hôtels, cafés, restaurants qui sont sur le centre-ville de Nancy sont concentrés plus spécifiquement sur la rue des Ponts ou la rue des Maréchaux et de manière un peu plus diffuse dans la vieille ville, c’est aussi une des caractéristiques du centre-ville de Nancy. Autre caractéristique nancéienne, les commerces de centre-ville rassemblent de très belles locomotives comme le Saint-Sébastien avec 8 millions de visiteurs par an, le Printemps, la Fnac, mais aussi du commerce indépendant dans le marché central par exemple qui est ouvert tous les jours et puis enfin du commerce de niche ce que l’on appelle des concept-stores c’est-à-dire moins des commerces de chaînes, mais plutôt indépendants qui vont sur un domaine particulier rechercher des produits qui leur parlent et qui vont les proposer aux clients. Il y a également de nouveaux types de commerces qui émergent à Nancy, quelques exemples, le Vestiaire qui a ouvert rue Gambetta, un concept store qui existe aussi à Metz et qui est plutôt spécialisé dans l’équipement de la personne pour les jeunes avec une ambiance particulière dans une ancienne boucherie avec une diffusion de clips vidéos, on y retrouve également de l’équipement pour la maison, des meubles un peu design et décalés. Vous avez aussi le Sneakers Bars, Hype shop rue Saint-Nicolas ou Saint-Dizier qui sont en fait des bars à chaussures, vous êtes à la fois dans un bar vous pouvez prendre un café ou un jus d’orange et puis vous avez des chaussures qui sont exposées autour de vous, vous êtes à la fois dans un acte d’achat, mais aussi de plaisir. 

Le centre-ville se vide-t-il au profit de la périphérie, quelle est justement la vacance commerciale des zones commerciales ?

"L’idée est donc de favoriser une complémentarité entre la périphérie et le centre-villeBenjamin Brillaud - Aduan

La vacance de la périphérie est un peu près équivalente à celle du centre-ville c’est-à-dire 5 % en sachant qu’il y a des disparités, vous n'avez presqu’aucune vacance sur Porte Sud et la Grande Sapinière. En revanche, il y a davantage de vacance sur la Porte Verte. Dans le cadre de la stratégie de développement commerciale, nous travaillons avec les élus sur la requalification de ces pôles pour justement permettre le retour de certaines enseignes dans des secteurs qui sont moins favorables. Par rapport à votre question, sur une sorte de compétition entre le centre-ville et la périphérie, aujourd’hui elle n’a plus forcément lieu d’être, dans le sens où il y a un certain nombre de commerces qui de toute façon ne pourrait pas s’implanter à Nancy pour des questions d’emprise, nous sommes donc plutôt dans une recherche de complémentarité. Par exemple, la Zac de Frocourt sur la Porte Sud est achevée, cette dernière a été dédiée à l’équipement de la maison, car une évasion commerciale en faveur de Metz et Ikea avait été constatée (=> À lire : Contact établi entre Ikea et le Grand Nancy). Les élus avaient souhaité compenser, du moins renforcer, ce secteur du commerce à Nancy et donc aujourd’hui vous avez la dernière tranche de l’Urbicenter qui a inauguré ses dernières cellules au mois de novembre et pour lesquelles un certain nombre d’actions de prospections ont été réalisées par le Grand Nancy et l’ADUAN. L’idée est donc de favoriser une complémentarité entre la périphérie et le centre-ville, avec une périphérie où se développe le grand commerce ce qui permet au centre-ville de garder du commerce d’équipement de la maison, mais plutôt axé dans le domaine du design, du commerce de niche, comme Kartell, Cinna, Room's, Aria et Kare mais aussi des concepts stores comme Mémé en Autriche rue Saint-Nicolas. En fait, nous avons une certaine complémentarité entre d’un côté le commerce de masse qui se situe en périphérie et puis du commerce plus spécifique qui se situe en centre-ville. 

Comment travaille l’Aduan pour attirer les enseignes ?

Nous sommes une agence de développement donc nous sommes présents sur les principaux salons de l’immobilier commercial que sont le Mapic à Cannes au mois de novembre, le salon de la franchise à Paris fin mars et puis le SIEC qui a lieu à Paris au mois de juin. Cela permet de rencontrer les enseignes intéressées par Nancy. Ce travail se fait sur plusieurs mois, la première fois que l’on rencontre les dirigeants d’une enseigne, nous vendons déjà l’agglomération en tant que telle, puis nous faisons une présentation des sites qui pourraient accueillir leur magasin. Ensuite ils repartent avec pour l’étudier par rapport à leur positionnement d’enseigne, ils font une étude de marché par rapport à Nancy et dans un deuxième temps, au salon suivant, s’ils souhaitent approfondir, nous leur présentons des cellules qui correspondent plus à une implantation rapide. Une visite du local est organisée, ils viennent souvent avec un repreneur et un architecte de l’enseigne pour voir si le concept peut se réaliser dans le local. Un des exemples c’est l'enseigne Naturalia rencontrée lors d’un salon Mapic 2012 puis ensuite au Mapic 2014, Nancy les intéressait. Ils sont venus au mois de décembre, ils souhaitaient s’implanter à proximité du marché à Nancy. On leur a proposé un local en face du Marché. Tous les éléments étaient donc réunis pour leur venue qui est maintenant actée, pour une ouverture prévue fin 2015, début 2016, le temps d'obtenir les autorisations et d'effectuer les travaux nécessaires. 

Et le futur des grands espaces commerciaux à Nancy ?

Cette année nous avons travaillé sur des locaux qui pouvaient être des produits d’appel pour les grandes enseignes ou des concept stores, tels l’ancien site de L’Est Républicain, l’ancienne Poste rue Pierre Fourrier ou encore l’ancien cinéma rue Saint-Dizier. Pour donner plus de corps, pour séduire ces enseignes, nous avons noué un partenariat avec l’école d’architecture de Nancy pour réaliser des perspectives 3D de ces intérieurs pour justement montrer ce qu’ils pourraient devenir, car à l’origine ce ne sont pas des locaux commerciaux, ils ont été un siège social, un cinéma, ou encore une poste, je le souligne, car de ce fait, ce n’est pas vraiment de la vacance commerciale, cela veut dire qu’il faut transformer ces locaux... Nous avons un certain nombre de preneurs intéressés par ces locaux, nous travaillons avec eux, nous en sommes parfois à la troisième visite, pour l’instant cela n’a pas encore abouti, mais nous sommes sur la bonne voie.

EN IMAGES. Les concepts imaginés par l'ADUAN en partenariat avec l'école d'architecture de Nancy

Ambiance2
Le 17 rue Saint Dizier à Nancy et un possible aménagement - Source ADUAN 2015
Ambiance1
Le 17 rue Saint Dizier et un possible aménagement intérieur - source ADUAN 2015
HotelDesPostes
L'Hôtel des Postes situé à proximité de la Place Stanislas - source ADUAN 2015
HotelDesPostes1
Projection pour L'Hôtel des Postes situé à proximité de la Place Stanislas - source ADUAN 2015
HotelDesPostes2
Projection pour L'Hôtel des Postes situé à proximité de la Place Stanislas - source ADUAN 2015
EstRepublicain
L'immeuble L'Est Républicain situé à proximité du nouveau Centre des Congrès Prouvé - source ADUAN 2015
EstRepu1
Projection pour l'immeuble L'Est Républicain situé à proximité du nouveau Centre des Congrès Prouvé - source ADUAN 2015
EstRepu2
Projection pour l'immeuble L'Est Républicain situé à proximité du nouveau Centre des Congrès Prouvé - source ADUAN 2015

EN VIDÉO. Interview de Benjamin Brillaud (ADUAN)


Le Grand Nancy, premier pôle commercial de... par ici-c-nancy

Bons plans

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31