mai 16, 2022

A Nancy, les commerçants disent « Stop » aux manifestations chaque samedi dans l’hyper-centre

L'association les Vitrines de Nancy diffuse ce vendredi une missive adressée à la Préfecture de Meurthe-et-Moselle, la Ville de Nancy, la Métropole du Grand Nancy, aux médias, la Chambre de Commerce et d'Industrie 54, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat 54 ainsi qu'aux adhérents et non adhérents des Vitrines de Nancy pour exprimer le « ras le bol des commerçants ».  Ils dénoncent un parcoursdes manifestations chaque samedi au centre de la ville nuisible à la vitalité économique du commerce de centre-ville.

Exapérés, ils sont à bout et comptent bien l'exprimer au plus grand nombre. Alors que l’année vient juste de débuter et en pleine période des soldes, les commerçants du centre-ville de Nancy s’alarment une nouvelle fois des régulières manifestations au sein du centre-ville. Au nom de 300 commerçants et artisans du bassin nancéien qui « souhaitent sauvegarder leur établissement et emploi », l’association des Vitrines de Nancy diffuse ce vendredi une missive adressée aux services de l'État ainsi qu'aux élus et acteurs du territoire. 

La raison de leur courroux « ces multiples manifestations le samedi, jour de plus grande affluence dans les boutiques » mais aussi « ces défilés de plusieurs heures en plein cœur de ville, qui éveillent l'intérêt de poignées de malveillants » . Avec pour conséquence, des heurts et altercations conduisant les commerçants à « l’obligation de fermer boutique pendant ces échauffements » et à « la nécessité de recueillir des familles gazées dans les commerces » . 

«Ces samedis après-midi gâchés ont un grave impact sur la santé des entreprises ... » 

Les Vitrines de Nancy 

« Combien de fois l'association devra-t-elle répéter à la Préfecture que manifester est un droit, fondamental et respectable, mais travailler dans des conditions corrigées l'est aussi ? Pourquoi autoriser un tel parcours ? (...) Car il n'est pas question d'un samedi par-ci par-là ! Nancy centre est bien confronté à de multiples rassemblements depuis le 1er week-end de juillet 2021 », soulignent les commerçants en faisant écho aux manifestations hebdomadaires anti-pass vaccinal qui rassemblent tous les samedis plusieurs centaines de personnes.

La coupe est pleine pour les commerçants du centre-ville

« Le préfet pense-t-il que les conditions sanitaires soient nécessaires depuis la rentrée pour autoriser de tels regroupements non masqués et lors d'aucune distanciation sociale n'est-elle respectée ? Encore une fois, l'expression de leur mécontentement ne soulève pas la colère des commerçants ! C'est bien le jour, la fréquence et le parcours des manifestations qui doivent être remis en cause ! Il ne va pas sans savoir que la réputation et la fréquentation du centre-ville ont durement subi ces derniers mois en raison de ces rassemblements. L'achat plaisir du samedi après-midi dans un climat serein n'est plus possible pour beaucoup de clients ! Ces samedis après-midi gâchés ont un grave impact sur la santé des entreprises, menaçant des emplois. Tout le monde dit que la crise sanitaire a fragilisé l'économie. En ce mois de janvier, des centaines de salariés sont actuellement en télétravail, freinant l'activité de nombreux secteurs comme la restauration, boulangerie, coiffure / esthétique, optique ... Ils ne consomment pas non plus en boutique en ce temps crucial des soldes ! Que faire des stocks à écouler ? », ajoute le communiqué. 

« Les commerçants peinaient déjà à se relever des mois les plus marquants de la pandémie, il n'est pas question de ronger davantage le fil de l'épée de Damoclès suspendue au-dessus de leurs têtes », s'exaspèrent encore l'association de commerçants.

Pour conclure, l’association et ses partenaires sollicitent le Préfet de Meurthe-et-Moselle et ses équipes afin «  de protéger la vie économique du territoire, ses acteurs, et d'arrêter les décisions qui pénalisent le moins de personnes possibles » .

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim