octobre 28, 2021

Laurent Lafitte, premier invité Ciné Cool

Laurent Lafitte, Karin Viard, Vincent Macaigne Laurent Lafitte, Karin Viard, Vincent Macaigne

L’édition 2021 de l’annuel Ciné Cool, c’est parti. Et plutôt bien. Grâce à Laurent Lafitte qui a offert hier à Nancy, la primeur de son premier film de réalisateur, Titre : "L’origine du monde". L’adaptation d’une pièce de Sébastien Thiéry qui fait évidemment référence au célèbre tableau de Gustave Courbet, mais surtout à l’origine maternelle de chacun de nous. 
D’où ce dialogue avec Laurent Lafitte.

Quand vous avez vu la pièce, qu’est-ce qui vous avait donné envie d’aller plus loin ?

Laurent Lafitte : Dans un premier temps, c’est le rire. Une comédie qui a commencé à infuser dans ma tête.Jusqu’à devenir une évidence : il fallait que j’en fasse un film. Tout en essayant de changer le rythme, très différent au cinéma.

L’étonnant, est qu’on frôle un peu le scabreux sans jamais y tomber. 

— L’écueil, c’est vrai, aurait été de tomber dans le malaise. D’où la difficulté : garder l’empathie avec les personnages. Il fallait donc que ça reste acceptable et regardable. 

Il y a une dimension très sociale dans le film.

— C’est vrai, on sent que lui s’est extrait d’un certain milieu. Mais il pense avoir compensé en s’accomplissant professionnellement. 

Vous dites qu’on ne peut pas apprendre le métier d’acteur. Alors, pourquoi avoir fait le cours Florent, le Conservatoire et la Guidford School ?  

— Vous avez raison : ça parait illogique. La raison est sans doute que ça m’a permis de patienter en attendant d’avoir du travail. Et puis, dans les écoles, on apprend aussi à travailler. Et quand on est reçu à  des concours, ça vous valide. Vous ne sortez pas de nulle part. 

Très belle partition musicale dans votre film

— Comme j’écoutais beaucoup les barcarolles de Fauré à l’époque, et que je ne voulais que du piano, j’ai gardé les barcarolles. 

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
5
12
19