octobre 29, 2020

Critique : « Calamity » l'Intrépide

By Fiona FRANCHI - 19h48 octobre 13, 2020
Martha Jane Cannary dite "Calamity"

Résumé : 1863 aux Etats Unis. Dans leur convoi qui progresse vers l'Oregon, Martha Jane, ainée de trois enfants, doit suppléer son père blessé. À elle désormais de conduire le chariot familial, de soigner les chevaux et de nourrir les siens. L’apprentissage sera rude. 

C’est avec ce beau film que l’hiver dernier, Rémi Chayé a remporté le Christal du long métrage au festival  du film d’animation d’Annecy. Et Dieu que c’est mérité ! Un : parce qu’on en apprend beaucoup sur l’enfance de cette pionnière. Deux : parce que Martha Jane Cannary, rebaptisée « Calamity » manie les rênes et le lasso comme une pro. Et trois : parce que le réalisateur, qui nous avait déjà ravis en 2016 avec son documentaire « Tout en haut du monde » (également primé), transforme ce western à hauteur d’enfants en une palette de panoramas splendides.

Efficace et mal élevée

L’inattendu, c’est en effet cette vaste et déserte étendue que Chayé anime soudain avec ces chariots grimpant péniblement la pente. Puis la recherche des points d’eau nécessaires à l’installation du campement. Et l’inquiétante proximité des Montagnes Rocheuses qui peuvent receler bêtes féroces et voleurs de grands chemins.

Redoutable univers auquel non seulement Martha s’adapte, mais rassure aussi ses deux cadets. Moquée par les garçons critiquant ses pantalons taillés dans une robe, elle a pourtant fort à faire pour combattre les préjugés sexistes. Et ce, jusqu’à l’arrivée d’une chercheuse d’or qui se retrouve dans cette gamine courageuse prête à se glisser dans une étroite galerie pour lui dégoter un filon prometteur. D’où son commentaire déguisé en compliment : « Celle ci, elle est aussi efficace que mal élevée ! »

Forte personnalité

Cette élégante au franc-parler est l’autre belle surprise de ce film qui nous balade dans un somptueux parcours d’obstacles. Pas étonnant donc que Martha Jane s’y soit forgé une forte personnalité. Ce qui n’empêche d’ailleurs pas l’émotion d’affleurer. Exemples : Quand Calamity rend son chien au faux lieutenant ou que ses multi tâches ne l’empêchent pas d’apprécier une valse champêtre.

Seul bémol : un doublage de Martha Jane pas toujours excellent. Mais les 8,3 millions de budget et les 170 techniciens nécessaires à cette réussite ont été plus que bien employés.    


Fiona Franchi 

Bons plans

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
12
13
14
15
16
18