avril 10, 2020

Critique : un beau « Scandale »

Charlize Theron, Nicole Kidman et Margot Robbie / Copyright Metropolitan FilmExport
Résumé du film : En 2016, soit un an avant l’affaire Weinstein, éclatait aux États Unis un autre scandale : le procès pour harcèlement sexuel qui fit tomber de son piédestal, Roger Ailes,  le tout puissant patron de Fox News, célèbre chaine TV d’infos du groupe Murdoch. Accusatrices : plusieurs femmes travaillant chez Fox News dont les deux journalistes vedettes, Megyn Kelly(incarnée par Charlize Theron) et Gretchen Carlson (jouée par Nicole Kidman).

Dans ce film de Jay Roach, une jeunette s’ajoute au duo, Kayla Pospisil (campée par la mignonne Margot Robbie). Blonde et, comme ses devancières, moulée de couleurs vives car ici le pantalon est interdit. La plus bouleversante des trois car son ingénuité d’ex jeune présentatrice météo de Floride va être brutalement confrontée aux exigences sexuelles du boss dans une scène qui flanque le frisson et soulève l’écœurement.

Faiseur de roi

C’est John Lithgow qui joue (très bien d’ailleurs) Roger Ailes, ce vieux moche libidineux affamé de chair fraiche, qui ne fut pas pour rien dans l’accession au pouvoir de Donald Trump. Car cet intoxiqué de news, précieux atout du parti républicain, n’avait pas son pareil pour manipuler l’opinion. Et recommander à ses présentatrices le décolleté aguicheur ainsi que la pratique de sa doctrine : « Effrayer et titiller ». En patron passé maitre dans l’art de « flairer les vulnérabilités ».

Imbu de son pouvoir et faiseur de roi, Ailes (couvert par sa femme, éternelle complice) ne sentit pas vraiment venir le danger. Et frisa la crise cardiaque en apprenant sa nécessaire comparution pour harcèlement sexuel. Comparution suivie,15 jours plus tard, d’un entretien expéditif avec Rupert Murdoch et ses fils (scène jubilatoire), histoire de fixer sur un bout de papier lancé en travers de la table, le montant de son rejet.

Charlize productrice   

À la toute fin du film, un texte succinct nous apprend que les plaignantes se partagèrent 50 millions de dollars à l’issue du procès. Une justice qui n’insista cependant pas sur « l’élémentaire droit des femmes de se sentir en sécurité sur leur lieu de travail ». 

Ce que souligne au contraire Charlize Theron, qui, à 44 ans, fait ici également ses armes de productrice. En tant que telle, elle ajoute avec à-propos : « Un comportement semblable à celui de Roger Ailes existe dans tous les milieux. J’espère donc que ce film incitera d’autres femmes à parler pour dénoncer ces agissements ».   

Fiona Franchi   


Sortie du film : 22 janvier

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Ici-c-Nancy TV