avril 06, 2020

« LE JEU » de Fred CAVAYÉ

Doria Tillier, Grégory Gadebois, Stéphane De Groodt, Vincent Elbaz, Bérénice Béjo, Roschdy Zem, Suzanne Clément

Un conseil : si vous êtes convié à un diner entre amis, n’emmenez surtout pas votre portable ! Car si votre hôtesse a l’idée saugrenue de demander à chacun de poser son smartphone sur la table et d’en partager chaque appel ou texto avec les autres convives, vous êtes perdu. Car le jeu…de massacre est assuré.

 
Après trois thrillers, pourquoi cette adaptation d’un film italien inédit en France ?

Fred Cavayé : Parce que ça correspondait à un vrai film de comédiens. Ici, ils sont sept et je me disais, naïvement, qu’étant donné l’unité de lieu et de temps de ce film italien sorti il y a trois ans, ce serait sans doute moins lourd qu’un film d’action. Erreur : c’est encore plus compliqué à mettre en scène.

Reste un point commun avec vos thrillers précédents : le suspense.

F.C. : Exact. C’est un thriller où on se marre. Avec une pointe de jubilation : car les textos ou appels révélant les failles de ces trois couples et de leur pote célibataire, nous sommes bien tous contents que ça leur arrive et pas à nous.

Dans le film, c’est l’hôtesse, Bérénice Béjo, qui lance ce jeu. Pour quelle raison à votre avis ?

Suzanne Clément : A la première lecture du scénario, je me suis demandé si elle ne cherchait pas inconsciemment à dire la vérité à son mari (Stéphane De Groodt). A savoir qu’elle a un amant. Ce que dit le film est d’ailleurs contraire à la fameuse phrase affirmant qu’ »en amour ou en amitié, mieux vaut ne pas tout savoir ». Je pense au contraire qu’il faut toujours se parler un minimum.

F.C. : Autre version possible : la jalousie. J’ai souvent remarqué que, dans les couples, ceux qui  trompent sont aussi les plus jaloux. Alors, peut être que Bérénice tente ainsi de savoir si son mari la trompe également ?

Et au milieu de ces déchirements arrive le moment de grâce du film : l’entretien de De Groot avec sa fille hésitant à céder à son premier amour.

F.C. : Grégory Gadebois disait d’ailleurs récemment avec raison que cette jeune fille était la seule dans le film à utiliser le portable à bon escient. Pour avoir les conseils de son père sur quelque chose de très important pour elle. Une scène qui amène aussi un moment de vérité terrifiant pour la mère. Scène assez passionnante à tourner, car tous (spectateurs compris) sont témoins de ce moment d’intimité père-fille. Alors que la jeune fille ignore que tous l’écoutent.

Le personnage de Stéphane De Groodt est d’ailleurs le seul à sortir de ce « Jeu » sans dommage.

F.C. : Il s’en sort bien un peu comme dans un thriller. Son sourire sur le balcon est d’ailleurs révélateur. C’est lui qui a dirigé tout ça. Sa femme va retourner vers lui. Son pote restera son ami même s’il savait. En fait, ce personnage, pour moi, c’était le cerveau de l’affaire.       


 Fiona FRANCHI                

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Ici-c-Nancy TV