mai 09, 2021

Palmarès Festival du film Italien de Villerupt

Villerupt2011-portrait_webDécouvrez le palmarès de l'édition 2011 du festival du film italien de Villerupt...

 

   

 

Le Festival du film italien de Villerupt entame le dernier week-end de sa 34ème édition placé sous le thème de Naples (voir Naples, ou sourire ?...).

 

Cinq jurys ont décerné les Amilcars (trophées créés par Amilcar Zanoni, sculpteur italo-lorrain décédé en 2009) :

- Le jury cinéma distingue un film parmi une sélection d’œuvres premières, secondes et troisièmes. - Le jury presse décerne un prix parmi une sélection d’avant-premières - Le jury exploitant distingue un film amené potentiellement à être distribué en France - Le jury jeune distingue un film parmi une sélection d’avant-premières différente de celle du jury presse - Le public est amené à se prononcer sur tous les films récents non distribués en France

Les films primés seront rediffusés durant les trois derniers jours du festival qui se poursuivra jusqu’au dimanche 13 novembre 2011.


AMILCAR DU JURY

Parrainé par le Conseil Général de Meurthe-et-Moselle

Composition du jury : Président du jury : Nicolas STEIL Producteur Iris Productions Entouré de : Antonia PAOLINI Scénariste Gianni FIORITO Photographe Patrick NEBOUT Distributeur Premium Films

www.festival-villerupt.com

Le PRIX DU JURY est attribué à :

SETTE OPERE DI MISERICORDIA (Sept œuvres de miséricorde)

de Gianluca et Massimiliano DE SERIO (2011)


AMILCAR DU PUBLIC

Parrainé par le Conseil Régional de Lorraine

Le PRIX DU PUBLIC est attribué à :

SCIALLA ! (Laisse tomber)

de Francesco BRUNI (2011)

 


AMILCAR DE LA PRESSE

Parrainé par le Conseil Général de Moselle

Président du jury : Emmanuel LECLERCQ Journaliste, Magazine Positif Entouré de : Paul AUBRIAT Correspondant, AFP Nancy Frédérique BRACONNOT Directrice départementale adjointe, l’Est Républicain Sylvie FLAMMANG, Rédactrice culturelle, Radio 100.7 Luxembourg Arnaud HÉE Rédacteur en chef adjoint, Critikat.com Florence MAILLARD Critique, Les Cahiers du Cinéma Jean-Pierre RICARD Chef d’agence, Le Républicain Lorrain Longwy

Le PRIX DU JURY PRESSE est attribué à :

CORPO CELESTE

de Alice ROHRWACHER (2011)


AMILCAR DES EXPLOITANTS

Parrainé par le magazine Côté Cinéma

Jury composé de :

Marie CONAS Programmatrice du circuit Ciné Diffusion Aline ROLLAND Directrice du cinéma Caméo de Nancy Anne-Lys BALLUE Directrice d’exploitation à VEO Bordeaux Claude DAMIANTHE Conseiller en programmation Ciné Movida (Marseille)

Le PRIX DU JURY EXPLOITANTS est attribué à :

TATANKA

de Giuseppe GAGLIARDI (2010)


AMILCAR DU JURY JEUNE

Parrainé par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale

Le jury jeune 2011 est composé d’étudiants des classes à option cinéma :

Marina FONSECA Université du Luxembourg Serena THILL Université du Luxembourg Federica BIANCO Université du Luxembourg Jeffrey SHENGOLD Université Paul Verlaine de Metz Marielle BIEHL Université Paul Verlaine de Metz Julien POLGE Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel de Nancy Léonard BERTRAND Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel de Nancy François HERRMANN Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel de Nancy Athman ABAIDIA Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel de Nancy Nicolas GACHEN-MERCIER Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel de Nancy

Le PRIX DU JURY JEUNES est attribué à :

RUGGINE (Odeur de fer)

de Daniele GAGLIANONE (2011)


AMILCAR DE LA VILLE DE VILLERUPT

L’Amilcar de la Ville de Villerupt est décerné à

Gianluca ARCOPINTO pour l’ensemble de son œuvre.


LES FILMS PRIMÉS :

SETTE OPERE DE MISERICORDIA - (Prix du JURY) Réalisation : Gianluca et Massimiliano DE SERIO - 2011 (1h43)

Luminita (Olimpia Melinte), une jeune clandestine moldave vit dans la banlieue de Turin. Elle est en cheville avec un infirmier de l’hôpital pour acheter l’identité d’une femme dont le cadavre se trouve à la morgue. Mais en échange, elle doit fournir un bébé. Elle traîne dans l’hôpital, vole de la nourriture et de l’argent. Lorsqu’elle pénètre dans la chambre d’Antonio (Roberto Herlitzka), un vieil homme endormi, elle vole son argent et fouille dans ses papiers et voit ainsi où il habite. Lorsqu’il rentre chez lui elle le suit, force sa porte et le séquestre. Elle a besoin d’un lieu sûr pour garder l’enfant qu’elle va voler.

« Peu de dialogues, entièrement voué au langage des corps et des visages, avec un goût pictural prononcé dans chaque plan. C’est une œuvre première qui mérite qu’on lui porte attention et considération. » (La Stampa)

Le PRIX DU JURY JEUNES est attribué à :

 

 

SCIALLA ! - (Prix du PUBLIC) Réalisation : Francesco Bruni - 2011 (1h35)

Interprétation : Fabrizio Bentivoglio, Filippo Scicchitano, Barbora Bobulova, Vinicio Marchioni, Giuseppe Guarino, Prince Manujibeya, Arianna Scommegna, Giacomo Ceccarelli, Raffaella Lebboroni

Bruno Beltrame vivote. Il a perdu ses ambitions d’écrivain et il écrit les livres des autres, des biographies de vedettes en tout genre. Il donne aussi des cours particuliers à des adolescents peu studieux. Parmi ses élèves il y en a Luca, 15 ans, plus vif et révolté que les autres. Bruno a un choc lorsqu’il rencontre sa mère, une femme qu’il a aimée jadis. Elle lui apprend brutalement que Luca est son fils et qu’elle entend bien le lui confier car elle doit partir six mois en Afrique. Mais Luca doit ignorer qui est son père.

« Scialla » est un emprunt au langage des jeunes à Rome. Le film est une comédie tout à fait plaisante mais qui veut aussi faire réfléchir sur les responsabilités que tout un chacun doit avoir le courage de prendre. Prix Controcampo italiano, Venise 2011.

 

CORPO CELESTE - (Prix du JURY PRESSE) Réalisation : Alice Rohrwacher - 2011 (1h40)

Interprétation : Yle Vianello, Salvatore Cantalupo, Pasqualina Scuncia, Anita Caprioli, Renato Carpentieri, Monia Alfieri, Licia Amodeo, Maria Luisa De Crescenzo, Gianni Federico.

Marta a treize ans. Sa famille rentre en Calabre après dix ans passés en Suisse. Elle se sent étrangère et pour l’aider à s’intégrer ses proches la poussent à suivre les cours de catéchisme à la paroisse en vue de sa Confirmation. Mais elle découvre une communauté paroissiale davantage tournée vers le temporel le plus terre à terre que vers la spiritualité.

Lorsqu’elle rencontre un vieux prêtre dans un village reculé, son regard sur les choses de la vie change.

Un portrait réaliste et troublant du sud de l’Italie, en dehors des lieux communs liés à la criminalité mafieuse et au désarroi social. Le premier long métrage d’Alice Rohrwacher a été accueilli par une ovation à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.

 

TATANKA - (Prix du JURY EXPLOITANT) Réalisation : Giuseppe Gagliardi - 2010 (1h40)

Interprétation : Clemente Russo, Rade Serbedzija, Giorgio Colangeli, Carmine Recano, Raiz, Sascha Zacharias, Damir Todorovic, Luis Molteni, Susanne Wolff, Claudia Ruffo, Lorenzo Scialla, Vincenzo Pane, Luisa Di Natale, Enzo Casertano

Vivre pour la beauté du sport ou dans l'enfer de la mafia, Michele est tout au long de sa vie face à ce choix. Adolescent, entraîné par un camarade, il entre au service de la Camorra. Un jour, pour échapper à la police, il se réfugie dans une salle d'entraînement. C’est sa planche de salut. Il découvre l’univers, la boxe, sous l'autorité du vieux coach Sabatino. A chaque combat, c'est sa propre survie que le jeune homme remet en jeu. Toute nouvelle victoire l'éloigne des ennuis et l'amène à grandir.

« La beauté et l’enfer, tel est le titre du recueil de textes de Saviano d’où est tirée l’histoire de Clemente Russo, ce boxeur qui a su se battre et dire non dans une société où la violence est rarement glorieuse. Dans la nouvelle Tatanka déchaîné l’écrivain a dit la beauté, dans ce film Gagliardi montre l’enfer » (Liberazione)

 

RUGGINE - (Prix du JURY JEUNE)) Réalisation : Daniele Gaglianone - 2011 (1h49)

Interprétation : Filippo Timi, Stefano Accorsi, Valerio Mastandrea, Valeria Solarino

La banlieue de Turin, à la fin des années 1970. Les enfants jouent dehors, dans les champs qui bordent les immeubles. Ils ont fait leur « château » dans les ruines d’une usine toute proche. Tout à coup c’est l’horreur. Deux fillettes sont retrouvées violées et assassinées. Les enfants découvrent que le coupable, le « monstre », n’est autre que le médecin du quartier. Mais ils sont convaincus que jamais les adultes ne les croiraient. Ils décident donc d’agir seuls. Trente ans plus tard, Sandro, Carmine et Cinzia se sont perdus de vue, mais leurs vies d’adultes

sont encore marquées par la violence qu’ils ont connue dans leur enfance.

Un conseil : ne quittez pas la salle sur le générique de fin, la rouille n’a pas fini d’éroder l’écran et l’âme des personnages (mymovies.it)

␣␣␣

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le dimanche, 13 novembre 2011 00:26

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28