juillet 06, 2020

Hasta La Vista

hasta-vista-ncyA partir d’un sujet difficile ; celui du handicap vécu comme un obstacle à l’épanouissement sexuel, Geoffrey Enthoven réalise une comédie parfois maladroite et dont la dimension polémique peut gêner. Néanmoins l’habileté dont il fait preuve dans la description des personnages amène une irrépressible émotion et beaucoup de drôlerie.

 

   

C’est un sujet qui peut paraître rebattu, graveleux. Trois jeunes hommes décident un jour d’en finir une bonne fois pour toutes avec leur virginité. Et pour cela, ils veulent faire appel à des professionnelles, partant sur les routes dans un petit bus miteux, en direction d’un bordel espagnol mystiquement baptisé « El Cielo ». Sauf que les trois jeunes gens ne sont pas tout-à-fait conformes à l’image des héros des teen-movies habituels : ils sont handicapés ! A partir de ce postulat, une perspective fondamentale est renversée. Peut-on rire du handicap ? Les humoristes qui se sont fait taper sur les doigts pour avoir voulu tenter le pari qu’ose le film sans complexe sont légion. Et pourtant, Geoffrey Enthoven le réussit, avec beaucoup de finesse, en retraçant le périple d’un trio plus empoté qu’invalide.

Car Lars, Jozef et Philip sont indéniablement attachants, mais ils ne sont pas parfaits. Ils sont humains, parfois injustes, parfois stupides, parfois terriblement émouvants. Pas pathétiques. La caméra de Geoffrey Enthoven ne cherche pas plus à gommer le handicap qu’elle n’en fait leur excuse : il est une composante de leur personnalité qu’on considère et qu’on oublie. Comme le révèle Jozef à leur accompagnatrice, infirmière, chauffeuse, Claude, celle-ci souffre de toute façon autant voire davantage qu’eux d’un handicap, qui dans son cas ne se voit pas. Car les failles sont souvent plus profondes lorsqu’elles ne sont pas immédiatement décelables. Alors avec eux, on sourit, on rit, on s’agace, on tique, on s’attriste.

hasta-film-ncy

L’un des atouts majeurs du film, c’est alors bien sûr d’évincer le politiquement correct en même temps que le misérabilisme. Sa plus grande difficulté, en revanche, semble être de forcer le spectateur à se placer par rapport à son aspect polémique : quelles possibilités offre-t-on en matière de sexualité aux personnes handicapées ? La maison close « El Cielo » est dépeinte comme un El Dorado à l’horizon des frustrations des trois protagonistes. Ce point de vue éminemment contestable, faisant de la prostitution une solution un peu simpliste à un problème complexe, reflète dans la fiction le parcours réel d’Asta Philpot, celui qui a inspiré Hasta La Vista. Cet Anglais avait décidé de surmonter son handicap pour saisir à bras le corps le problème d’une sexualité qui n’avait jamais pu s’épanouir, en partant effectuer cette même quête initiatique du bordel avec des copains et ses parents.

Ce parti pris et assumé peut mettre mal à l’aise sans pour autant totalement entraver l’intérêt de ceux qui regardent sur l’écran s’effectuer ce road trip. Car comme dans tout voyage initiatique, l’intérêt n’est pas le but à atteindre mais la quête elle-même. Il serait de mauvaise foi de dénier à Geoffrey Enthoven une immense qualité de portraitiste. Les personnages sont truculents, leurs caractères esquissés avec acuité. Lars, Jozef, Philip et Claude semblent alors incroyablement vivants. Chaque parcours est différent et édifiant. Chacun apporte une réponse particulière à cette question du désir, de l’éros, voire de l’amour, retenu prisonnier par le handicap physique.

Rien n’est unidimensionnel : la difficulté et la tristesse restent présentes, mais Hasta La Vista est avant tout une sympathique comédie. La question de la sexualité sous-tend tout le film, mais il ne verse jamais dans la vulgarité. Il ne cède jamais à la facilité du purement potache.

Ainsi en dépit de quelques maladresses et platitudes de mise en scène, Hasta La Vista se regarde comme un film audacieux sur un sujet sensible, drôle et touchant, porté par des acteurs très convaincants en éclopés physiques ou sentimentaux.

Notre avis:etoile-mini-25x25etoile-mini-25x25etoile-moitiemini--grisee-25x25etoile-mini--grisee-25x25etoile-mini--grisee-25x25

Hasta la vista

De Geoffrey Enthoven

Avec Robrecht Vanden Thoren, Gilles De Schrijver

Trois jeunes handicapés physiques d’une vingtaine d’années aiment le vin et les femmes, mais ils sont encore vierges. Sous prétexte d’une route des vins, ils embarquent pour un voyage en Espagne dans l’espoir d’avoir leur première expérience sexuelle.

 

{youtubejw}aNhgSXkmIi0{/youtubejw}

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le mercredi, 21 mars 2012 06:54

Bons plans

Ici-c-Nancy TV

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties