Fête de la musique : un médecin à l’hôtel de police de Nancy

NANCY. Comme à Rennes ou encore à Lille, une convention a été adoptée par l’hôtel de police de Nancy en lien avec l’association SOS Médecin pour lutter contre les ivresses publiques et manifestes. À l’occasion de la fête de la Musique qui se déroulera cette nuit, un médecin sera présent ce soir jusqu’à 3 heures du matin à l’hôtel de Police du commissariat du boulevard Lobau.

Biere

Un nouveau dispositif, financé par la préfecture et déjà déployé à Rennes et à Lille, sera mis en place cette nuit au commissariat du boulevard Lobau à l’occasion de la fête de la musique concernant plus précisément les ivresses publiques et manifestes (IPM). Cette convention, signée jeudi par le directeur départemental de la sécurité publique de Nancy, la ville de Nancy et SOS médecin ainsi que deux associations qui accueillent des jeunes en difficulté, la Maison des Adolescents et le service Antigone de l’Ars, s’articule sur deux points.

À l’occasion de gros évènements festifs comme la fête de la musique, le 14 juillet, le 31 décembre ou encore les grosses soirées estudiantines, le commissariat du boulevard Lobau à Nancy pourra compter sur un médecin de SOS médecin qui sera présent jusqu’à 3 heures du matin. Le docteur se verra présenter les individus interpellés en ivresse publique et manifeste sur lesquels il effectuera un examen médical en vue de la délivrance d’un certificat médical de non-hospitalisation.

Deuxième point du dispositif, une mesure alternative aux poursuites, avec l’adhésion du procureur, proposée aux personnes interpellées pour ivresse publique. Après complet dégrisement, les intéressés ont le choix de payer la contravention de deuxième classe qui s’élève à 150 euros ou d’honorer un rendez-vous avec un travailleur social ou l’infirmier d’une association. En cas de non-respect des conditions posées, la procédure initialement établie sera transmise au ministère public pour audiencement et l’auteur des troubles devra s’acquitter de l’amende. Pour les autorités de l'état, l’objectif affiché du dispositif est de lutter contre la consommation excessive d’alcool par les jeunes d’adultes qui entrainent parfois des faits de violences, des dégradations d’espaces publics ou de véhicules, mais aussi de rappeler qu’en état d’ivresse, la vulnérabilité est accrue notamment pour les femmes dont certaines peuvent être victimes de viols.