Moins d'un bébé sur quatre est nourri au sein à six mois

Santé. En France, l’objectif d’un allaitement maternel jusqu’à 6 mois ne concerne qu’un quart des nourrissons selon une étude publiée aujourd’hui dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). Selon l’INVS, ces résultats mettent en relief « l’un des plus bas » taux d’initiation de l’allaitement maternel, mais également « l’un des pays où les mères qui choisissent d’allaiter leur enfant le font le moins longtemps ».
bebetetee
photo d'illustration

En France, moins d’un enfant sur quatre est allaité jusqu’à 6 mois selon le bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) diffusé aujourd’hui. Les chiffres mis en relief par l’étude Epifane, réalisée en 2012-2013 par l’Institut de veille sanitaire (InVS) permettent de disposer pour la première fois de données nationales sur la durée de l’allaitement maternel.  

Dans le détail, cette étude a porté sur un échantillon aléatoire de 3368 enfants, nés au cours du premier trimestre 2012, dans 136 maternités tirées au sort en France métropolitaine. Les mères étaient interrogées à la maternité ainsi qu’à 1 mois, 4 mois, 8 mois et 12 mois après la naissance. À la maternité, 81 % des mères ont accepté de participer à l’étude, et 83 % d’entre elles ont été suivies jusqu’à 12 mois.

À 6 mois, seulement 23 % des enfants étaient encore allaités...

Toujours selon les résultats de cette étude, 74 % des mamans ont débuté à la maternité un allaitement maternel. Près de 40 % des nourrissons étaient encore allaités à 3 mois, mais seulement 21 % de façon exclusive ou prédominante (sans complément de biberons de préparations pour nourrissons du commerce). À 6 mois, 23 % des enfants étaient encore allaités, et à un an, seuls 9 % l’étaient toujours.

En Europe, les taux d’allaitement maternel à 6 mois variaient de 33 % aux Pays-Bas en 2003, à 82 % en Norvège en 2007. Ainsi, la France est non seulement l’un des pays d’Europe où le taux d’initiation de l’allaitement maternel à la naissance est l’un des plus bas, mais également l’un des pays où les mères qui choisissent d’allaiter leur enfant le font le moins longtemps.

Pour l’INVS, les résultats de ces études permettront « de mieux cibler les actions pour encourager l’allaitement » de façon à favoriser l’allaitement maternel « de façon exclusive jusqu’à 6 mois, et au moins jusqu’à 4 mois pour un bénéfice santé » puis de « poursuivre l’allaitement maternel après 6 mois en accompagnement d’une alimentation diversifiée » comme le recommande le Programme national nutrition santé (PNNS).