Nancy : frappé et inanimé à deux reprises en boîte de nuit

Nancy. Deux clients d'une boite de nuit de Nancy ont été victimes d'une violente agression en août dernier. Les suspects ont été placés en garde à vue hier à l'Hôtel de Police de Nancy.
Hotelpolice
photos d'archives www ici c nancy fr

Les faits datent du 25 août dernier, au petit matin lors de la fermeture de la discothèque La Place située place Stanislas à Nancy. Deux clients qui s'apprêtaient à quitter la boîte de nuit ont été agressés dans les escaliers qui mènent à la sortie par deux autres clients qui se trouvaient derrière eux. Les coups ont été très violents ainsi une victime a reçu un grand coup de pied dans le dos la faisant chuter dans les escaliers en bas desquels elle finira sa course inanimée. De son côté, la seconde victime recevait un coup violent au visage lui occasionnant une fracture du plancher orbital.  

Des circonstances floues

Visiblement pas rassasiés, les deux agresseurs ont ensuite fait appel à un portier d'une autre boîte de nuit de Nancy lequel a demandé une explication à l'une des deux victimes. Non satisfait par l'échange verbal, il remet un coup de poing à la victime qui avait reçu un coup dans le dos et qui venait à peine de reprendre ses esprits, le coup lui a fait perdre à nouveau connaissance.

Les auteurs ont été entendus par la brigade des violences urbaines (BVU) et placés en garde à vue hier, ils ont nié les faits sauf le videur qui reconnait avoir « mis une claque » ont indiqué les services de police. Âgée de 52 ans, la victime inanimée deux fois s'est vu délivrer un certificat médical mentionnant une ITT de 2 jours alors que la seconde victime âgée de 30 ans a écopé de 7 jours d'ITT suite à sa fracture du plancher orbital, et ce sous réserve d'une potentielle opération. Les auteurs âgés de 21 ans, 22 ans et 37 ans demeurent à Nancy et étaient jusqu'alors inconnus des services de police. Ils sont sortis du commissariat du boulevard Lobau à Nancy avec une convocation au tribunal correctionnel en date du 13 juin prochain.