Nancy : roué de coups devant une discothèque

Nancy. Un Nancéien de 25 ans a été violemment frappé sur la voie publique par trois individus dans la nuit du vendredi 10 au samedi 11 janvier. Ses agresseurs et les videurs de la discothèque ont été placés en garde à vue cette semaine et présentés hier au parquet de Nancy.
LenversClub1
L'Envers Club dans le secteur de la Croix de Bourgogne à Nancy - crédit photo www ici c nancy fr

Les faits particulièrement violents se sont déroulés dans la nuit du vendredi 10 au samedi 11 janvier 2014 devant la discothèque L'Envers située à proximité de la Place Croix de Bourgogne à Nancy, un secteur classé en Zone Sécurité Prioritaire (ZSP). Ce soir-là, un différend s'est noué dans le fumoir de la boite de nuit entre plusieurs individus, les videurs ont alors conduit hors des murs de la discothèque les 3 individus récalcitrants... puis sont allés rechercher la victime pour l'amener dans la rue, "la donnant ainsi en pâture" selon les termes de la police aux trois mis en cause .

La victime inconsciente abandonnée la mâchoire brisée... 

Le groupe est rejoint par deux autres individus du fumoir vraisemblablement du camp des mis en cause. Les 5 personnes sont alors sur la voie publique et une bagarre éclate. Seule face à ses agresseurs, la victime, un Nancéien de 25 ans encaisse désormais les coups. Frappé à coups de pieds et à coups de poing sur le corps et le visage, le jeune homme finit par perdre connaissance, à quelques pas de la discothèque.

lenversclub2
La victime a été abandonnée inconsciente par ses agresseurs - crédit photo www ici c nancy fr

Transporté aux urgences, le diagnostic révèle des traumatismes et une mâchoire brisée, il subira d’ailleurs une opération. Près d’un mois après les faits, le jeune homme « porte encore un appareillage » nous a indiqué vendredi la police. À l’origine de ce lynchage, une simple bousculade dans les murs de la discothèque L’envers. 

L’enquête menée par la Brigade des Violences Urbaines (BVU) a permis d’identifier sept personnes, les deux videurs, les trois agresseurs ainsi que les deux autres individus qui avaient rejoint le groupe qui ont été mis hors de cause. Finalement, ils seront cinq a être placés en garde à vue pour « violences volontaires en réunion et avec préméditation avec ITT supérieur à 8 jours ». Le comportement des videurs est aussi mis en cause par les services de police, le premier videur a sorti la victime la donnant en pâture à ses agresseurs. Pour le second videur, c’est le non-empêchement des actes qui est mis en relief, il aurait assisté aux agissements sans alerter les services de police ou les secours.

Les trois agresseurs âgés de 21 et 22 ans "connus des services" et les videurs âgés de 34 ans et 42 ans ont tous été présentés en comparution immédiate vendredi au parquet à l'issue d'une garde à vue prolongée.