De Khirouni à Rossinot, soutien unanime à Radoine Mebarki

Grand Nancy- la classe politique locale est unanime pour dénoncer les tags honteux inscrits sur la permanence de Radoine Mebarki à Essey-lès-Nancy... 

mebarki

 

 

Après les croix gammées taguées dans la nuit de vendredi à samedi sur la permanence de Radoine Mebarki, candidat de droite à la mairie d'Essey-lès-Nancy, les clivages politiques ont disparu pour dénoncer ces actes honteux et soutenir l'actuel conseiller municipal de Nancy. 

Dans un communiqué de presse André Rossinot maire de Nancy a dénoncé " les attaques inacceptables initiées par l’Extrême Droite et les engrenages entretenus par l’extrême Gauche, qui tendent à mettre à mal notre pacte social et républicain" avant de rappeler " le devoir de vigilance qui nous engage au quotidien et l’exigence de ne jamais baisser la garde face à toutes les formes de racisme et de discriminations." C'est également par voie de communiqué de presse que la députée de Meurthe-et-Moselle Chaynesse Khirouni (PS) a tenu à assurer sa solidarité à son confrère du conseil municipal de Nancy en exprimant " (sa) condamnation la plus ferme " à la suite de ces inscriptions abjectes. Selon l'élue socialiste " Ces actes inadmissibles dans notre République constituent une véritable agression contre tous les démocrates " et d'appeler " au sens du respect de chacun et à un véritable sursaut citoyen face aux débordements racistes " qui ont également touché la garde des Sceaux Christiane Taubira ces dernières semaines, mais aussi face aux " récentes attaques contre les valeurs qui fondent notre pacte républicain " allusion faite aux sifflets qui ont accompagné le chef de l'État le 11 novembre dernier. Enfin, la députée de Meurthe-et-Moselle souhaite que ces actes amènent " collectivement à une riposte permettant de maintenir les digues qui écartent les thèses de l’extrême droite de notre débat démocratique " excluant ainsi, et sans surprise, l'extrême gauche au contraire du président du Grand Nancy.

D'autres ont réagi par l'intermédiaire des réseaux sociaux, sur la page Facebook de Nancy Première, son association pour préparer les municipales 2014, Laurent Hénart a appelé " à l'action républicaine des citoyens, des collectivités et de l'État unis pour défendre ici à Nancy les valeurs de respect de l'autre, d'humanisme et de laïcité " avant de mettre en garde contre toute récupération politique " le temps des déclarations de principes et des tentatives maladroites de récupération est révolu." Radoine Mebarki a reçu également de nombreux soutiens sur Twitter ou Facebook de la part notamment de Bertrand Masson (PS), Laki Sola (UDI) ou encore Danièle Noël (Modem). Enfin à noter que Mathieu Klein, le candidat socialiste en 2014 pour Nancy avait transmis vendredi soir un communiqué de presse pour dénoncer les réunions nationalistes prévues ce week-end à Nancy et pour annoncer également qu'il allait proposer au vote une motion lors du conseil municipal de Nancy le 18 novembre prochain pour rappeler " l'attachement de Nancy " aux valeurs républicaines. 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)