NANCY : Le violeur interpellé à Narbonne en garde à vue à Lobau

NANCY. Interpellé plus de dix ans après les faits, le violeur hongrois a été rapatrié à Nancy a-t-on appris de source policière. L'enquête suit son cours sur les lieux de l'agression...

Hotelpolice

 

 Les faits remontent au 4 novembre 2002 vers 20 h 30 à Nancy et se sont déroulés sous le pont du Viaduc Kennedy. La victime âgée de 46 ans sortait d'un supermarché Shopi rue de Mon Désert, et se dirigeait Place de Croix de Bourgogne où elle était accostée par deux individus avec qui elle acceptait de discuter. Au bout de quelques minutes, un des deux individus quittait les lieux laissant son compère seul avec la future victime. L'individu proposait à cette dernière de l'accompagner jusqu'à la gare de Nancy située à proximité. Dans un escalier en dessous du viaduc Kennedy, l'individu commençait à changer de ton et demandait à la femme de lui faire une fellation tout en installant son duvet au sol. Devant le refus de la victime, l'homme était devenu alors très violent la frappant au visage avant de la plaquer au sol et de la menacer de mort notamment avec un couteau qu'il prétendait détenir, mais qui ne sera jamais sorti. Le mis en cause parviendra à violer la quadragénaire qui déposera plainte avec un certificat médical mentionnant une I.T.T de 8 jours. 

Localisé grâce à son téléphone portable

Des prélèvements ADN avaient été effectués qui avaient permis la découverte d'un génotype masculin par le laboratoire scientifique de la police scientifique de Lille en septembre 2003, mais les recherches avaient été, à l'époque, infructueuses. Près de 9 ans après, en 2011, un individu est interpellé à Narbonne pour exhibition sexuelle, le prélèvement ADN effectué permettait un rapprochement avec un génotype présent dans les scellés du violeur nancéien de 2002. Il correspond à un individu de nationalité hongroise, supposé SDF et âgé 41 ans sans profession. L'Unité de Protection Sociale (UPS) de la sûreté départementale de Nancy effectue alors des recherches et grâce à un téléphone portable à son nom, arrive à le localiser à Narbonne où il est connu des services depuis 2011 et l'exhibition sexuelle qui lui avait valu un rappel à la loi. La police de Narbonne réussit alors à localiser l'individu dans la cité audoise provoquant le départ de trois fonctionnaires de l'UPS de Nancy le 24 juin au matin vers Narbonne pour interpeller l'individu le lendemain matin à 6 heures à son domicile. 

L'homme a été placé en garde à vue et entendu une première fois sur place à Narbonne avant d'être rapatrié aujourd'hui à Nancy pour les suites de l'enquête. Il sera présenté demain à 6 heures au parquet de Nancy.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)