Incarcéré par erreur un mosellan assigne l'Etat pour faute lourde

Incarcéré pendant trois jours par erreur alors qu'il était venu récupérér son téléphone portable dans un commissariat, un mosellan âgé de 44 ans a assigné l'Etat pour faute lourde.

police3
Incarcéré par erreur, le mosellan exige réparation


Abdelouahab Mimeche, originaire de Fameck en Moselle a eu la mauvaise surprise d'être retenu en garde à vue pour une simple erreur. Les faits remontent à octobre dernier, l'homme est contacté par les policiers de Nîmes pour le prévenir que son téléphone portable, qu'il avait perdu, avait été retrouvé. Ce dernier s'était alors rendu au commissariat et, est aussitôt interpellé au motif erroné qu'il lui restait un peu plus d'un mois de prison à purger, sur les huit mois infligés en février 2010 à Nancy.  Le problème est que Abdelouahab Mimèche avait entièrement purgé cette peine, au moment de sa condamnation à 8 mois de prison, il avait déjà passé 32 mois en détention provisoire. Soit deux ans de plus que ce qui avait été requis initialement, M.Mimeche a d'ailleurs saisi la Commission nationale de réparation de la détention provisoire pour être indemnisé.

Libéré 3 jours plus tard

Malgré ses explications, l'homme est à nouveau placé en détention pour n'être libéré que trois jours plus tard, l'administration ayant reconnu son erreur. Son avocat, Me Xavier Lochum a assigné l'Etat pour faute lourde et demande 20.000 euros de dédommagements. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)