Nancy : comment les enquêteurs ont retrouvé Lucas

NANCY. Troisième conférence de presse de la journée pour le procureur de la République de Nancy qui a précisé les circonstances de la découverte de Lucas qui avait enlevé mardi soir dans une chambre de la maternité régionale de Nancy...

alerteenlevement

C'est au commissariat du boulevard Lobau à Nancy à l'étage du SRPJ que Thomas Pison procureur de la République de Nancy en compagnie de Alain Couic, directeur du SRPJ a donné sa troisième conférence de presse de la journée.  Une conférence beaucoup plus joyeuse que les deux précédentes puisque Lucas a été retrouvé mercredi en fin de journée. En préambule de ce point presse, le procureur de la République a tenu à " remercier très sincèrement le travail de la Police judiciaire, de la sûreté départementale et de la sécurité publique, mais aussi de la gendarmerie qui a participé au travail ".

L'importance de la vidéo

Selon le magistrat, le travail acharné des forces de Police a permis de retrouver Lucas, un travail qui a commencé dès que l'enlèvement a été signalé à la Police mardi à 23 h. Sur ce point, le procureur de la République a tenu à dégonfler une polémique grandissante sur le prétendu signalement tardif de l'enlèvement de Lucas par la maternité " la mère de Lucas s'est réveillée à 22 h 30, elle s'est alors rendu compte que son bébé n'est plus là, elle a appelé les infirmières qui ont effectué des vérifications, la police est prévenue à 23H " insistant sur le fait que rien ne pouvait être reproché à la maternité régionale où " il y a beaucoup de caméras ". Le procureur a également insisté sur l'importance de l'alerte enlèvement qui a permis de recueillir plusieurs témoignages qui ont conduit à retrouver le bébé, mais aussi de la vidéosurveillance " si on n'avait pas eu de vidéo-protection dans les transports en commun, je pense que l'enquête aurait été encore plus difficile ". Le procureur a également réitéré ses remerciements aux médias qui ont permis de diffuser massivement l'alerte enlèvement. 

4 personnes interpellées

Alain Couic, directeur du SRPJ a donné quelques précisions sur les circonstances de l'interpellation de la présumée ravisseuse qui est intervenue mercredi à 19 h 30. Grâce à un témoignage suite à l'alerte enlèvement, les enquêteurs ont exploré les images de la vidéosurveillance du tramway qui ont permis de repérer la jeune femme dans ce transport en commun, présence confirmée par deux autres témoins. Ces témoignages ont permis également aux enquêteurs de savoir où était descendue la ravisseuse vers 22h  " un peu avant le Vélodrome " à Vandoeuvre-lès-Nancy et donc d'effectuer une enquête de voisinage dans ce secteur mobilisant près d'une soixantaine de policiers munis du portrait-robot de l'auteur des faits. Vers 19 h, trois témoignages concordants sont arrivés dans les locaux du SRPJ par le biais de l'alerte enlèvement " qui laissaient à penser qu'une jeune femme dont on ne connaissait pas le fait qu'elle était enceinte venait d'accoucher subitement ". Les effectifs de police qui se trouvaient non loin de là ont donc convergé vers l'appartement désigné par les témoins où ils ont trouvé " la ravisseuse et le bébé en bonne santé " ainsi que le compagnon de la suspecte et un couple d'amis. Ces quatre personnes ont été placées en garde à vue, même si les enquêteurs ne connaissent pas encore le degré d'implication des trois autres occupants du logement.

vuevandoeuvretag
La ravisseuse a été interpellée dans un immeuble de la commune de Vandoeuvre -  photo d'archive

La ravisseuse a 17 ans

La ravisseuse est âgée de 17 ans et selon le directeur du SRPJ, son interpellation s'est effectuée " fermement " un individu s'étant " un peu emporté, mais rien de très grave ". Les autres personnes interpellées dont des mineurs ne sont pas connus des services de Police tout comme la ravisseuse. Cette dernière a tout d'abord nié les faits déclarant aux policiers qui sont intervenus qu'elle avait accouché la veille avant de se rétracter et de reconnaître les faits " des affaires du bébé ayant été retrouvé dans le logement " qui visiblement était l'appartement de son concubin. Le bébé a été découvert en bonne santé " il n'a souffert d'aucune privation " et a été ensuite ramené à la maternité régionale de Nancy où les parents ont reconnu parfaitement leur enfant. D'ailleurs c'est ce que retient le procureur de la République de ces 24 h intenses " je suis heureux que le travail soit fait et surtout le dénouement un enfant en bonne santé et des parents qui retrouvent leur bébé".  

Évaluer cet élément
(0 Votes)