Enlèvement de Lucas à Nancy, des pistes sérieuses

Une nouvelle conférence de presse a eu lieu mercredi en fin de journée afin de faire le point sur l'enquête sur l'enlèvement de Lucas mardi soir à Nancy...

materniteregionale1
La maternité régionale cet après-midi _ crédit photo ici-c-nancy.fr

Le procureur de la République de Nancy Thomas Pison a tenu une nouvelle conférence de presse mercredi en fin de journée afin de faire un point sur l'enquête consécutive à l'enlèvement de Lucas à Nancy mardi soir. Le magistrat a tenu à remercier les médias pour avoir diffusé les appels à témoins et l'alerte enlèvement qui a permis de recueillir de nombreux témoignages dont " une quinzaine convergents ont été reçus à Nancy ". L'enquête avance et grâce à l'exploitation de la vidéosurveillance, les enquêteurs " ont une idée précise de qui nous cherchons " à savoir une jeune femme entre 16 et 20 ans corpulence mince, cheveux tirés en arrière avec frange rabattue sur le front. Un portrait-robot a été dressé qui ne sera pas diffusé aux médias, mais " dont les policiers sont munis " précise le procureur de la République.

Un quartier plus spécialement visé

Le magistrat a reconnu quelques pistes très sérieuses qu'il espère " permettront d'identifier la ravisseuse ". Des investigations importantes sont en cours, une mobilisation des services d'enquête " jamais égalée " réunissant des policiers dont certains venus de Strasbourg, CRS  et gendarmes, des fonctionnaires faisant notamment du porte à porte avec le portrait-robot de la suspecte, un quartier du Grand Nancy étant plus particulièrement visé. Le procureur de la République a tenu à s'adresser une nouvelle fois à la ravisseuse " qu'elle rende l'enfant, qu'elle passe un coup de fil au numéro qui figure dans l'alerte événement, qu'elle se présente avec l'enfant ou qu'elle envoie quelqu'un le ramener, rien n'est définitif " ajoutant " qu'elle a eu un comportement inadapté, mais qu'elle pouvait revenir en arrière ". Concernant les parents de Lucas, ils sont traumatisés et le procureur a demandé " au service d'aide aux victimes de les épauler ". Enfin pour le procureur, l'alerte a été donnée suffisamment tôt " la maman a constaté la disparition à 22 h 30 et la Police est arrivée sur les lieux à 23 h " pourtant les premières informations révélaient une disparition constatée à 21 h 30...  

Évaluer cet élément
(0 Votes)