Nancy : ils tentent de récupérer 2 kg d'héroïne à la fourrière

La Fourrière municipale à Nancy - crédit ici-c-nancy.fr La Fourrière municipale à Nancy - crédit ici-c-nancy.fr
Nancy. Deux individus qui avaient tenté de reprendre un sac contenant des stupéfiants dissimulés dans un véhicule placé en fourrière ont été appréhendés par la police. Près de deux kilogrammes d'héroïne ont été saisis. 

Les planètes n'étaient sans doute pas alignées puisque rien ne s'est passé comme prévu pour les deux mis en cause. Le 3 novembre dernier à Jarville-la-Malgrange, les services de la fourrière étaient requis par la police municipale pour le stationnement abusif d'une voiture qui sera enlevée. 

Ce n'est que dans la nuit du 10 novembre, aux alentours de 2 h 40 du matin, que les deux jeunes gens, bien inspirés, passaient à l'action en faisant le mur pour pénétrer dans l'enceinte de la fourrière avec la ferme intention de récupérer le contenu du coffre du véhicule enlevé. Et pour cause, ce dernier contenait une importante quantité de stupéfiants. 

Alertée de cette intrusion par escalade, une patrouille se rendait sur les lieux. Un premier individu était interpellé avec 590 euros et un couteau, le second caché dans les végétaux était, lui aussi, appréhendé par les policiers. Ramenés à l'hôtel de police de Nancy, ils expliquaient leur intrusion par la volonté de "récupérer" une moto saisie. Des déclarations qui ne correspondaient pas à l'exploitation des images de vidéosurveillance montrant les individus s'affairant sur un véhicule léger. Finalement, la venue d'un chien renifleur de drogue allait permettre de trouver à l'extérieur du site, et sur le passage des deux mis en cause, la présence d'un sac dissimulé contenant un peu moins de deux kilogrammes d'héroïne. 

A la lumière de cette découverte, les mis en cause ont reconnu en partie les faits sans s'étendre sur le contexte, affirme une source policière. 

Les deux individus âgés de 20 ans et de 35 ans, domiciliés à Jarville-la-Malgrange et Laneuveville-devant-Nancy, connus des services de police, ont été placés en détention à l'issue de leur garde à vue. Ils devaient être présentés en comparution immédiate ce lundi 14 novembre 2022