Match Heillecourt - Uckange : deux policiers blessés, plusieurs milliers d'euros de dégradation

Photo d'illustration Photo d'illustration
Le match de coupe de France opposant l'ES Heillecourt et l'USAG Uckange 1923 a été interrompu, ce dimanche, suite à des débordements. Deux policiers ont été blessés. 

Dimanche 16 octobre 2022, lors du match Heillecourt - Uckange en Coupe de France au stade de l'Embanie, des incidents ont émaillé la partie. Alors que Heillecourt creusait l'écart avec deux buts supplémentaires (3 -1), quelques dizaines de supporters mosellans se montraient véhéments et insultaient les joueurs avec pour conséquence une interruption du match à cinq minutes du coup de sifflet final.

Face à des incidents toujours plus graves comme des menaces à l'intégrité physiques des joueurs, un équipage du GSP intervenait afin de disperser les individus les plus vindicatifs porteurs pour certains d'une "matraque télescopique", "d'un couteau" ou encore "de béquilles dont l'usage était détourné". Au cours d'une première interpellation, deux fonctionnaires étaient violemment pris à partie et victimes de violences entraînant des blessures "au niveau du dos, des pieds et des épaules", a-t-on appris de source policière. Un vigile faisait également l'objet de menaces de mort. Pour rétablir l'ordre, un second équipage du Groupe de Sécurité et de Proximité (GSP) et la Brigade anticriminalité étaient appelés en renfort sur les lieux. 

"Il a dû être fait usage de gaz lacrymogène pour repousser des assaillants extrêmement violents et déterminés" fait savoir dans un communiqué transmis aujourd'hui le syndicat Unité SG Police FO. 

Suite à ces débordements, deux hommes âgés de 30 et 32 ans ont été placés en garde à vue notamment pour des violences volontaires en réunion dans une enceinte sportive et violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Les dégradations matérielles au stade de l'Embanie s'élèveraient à plusieurs milliers d'euros. 

D'après nos informations, ils ont été présentés mardi 18 octobre 2022 devant un magistrat et feront l'objet d'une prochaine convocation sur procès-verbal (CPPV).