Nancy : pour une remarque d'un conducteur, il explose une voiture et percute la passagère

La colère au volant est un phénomène pris au sérieux outre-Atlantique, elle y porte le nom de "Road Rage"  / photo DR La colère au volant est un phénomène pris au sérieux outre-Atlantique, elle y porte le nom de "Road Rage" / photo DR
Quinze jours d'ITT pour la passagère et 15 000 euros de dégât sur le véhicule des victimes ! Pour s'en être pris à un automobiliste et sa passagère à Maxéville, un quadragénaire ans est convoqué devant la justice pour répondre de "délit de fuite" et "violence avec arme".

La colère est souvent mauvaise conseillère et sans doute encore plus au volant ! Un automobiliste particulièrement irascible s'est illustré de la pire des façons le 25 juin 2022 à Maxéville. Ce jour-là un homme et une femme circulaient à bord d'un véhicule lorsqu'ils réprimandaient sur leur route un automobiliste mal stationné. La remontrance passait mal et le conducteur irrité par la remarque allait percuter sur un coup de sang le pare-choc arrière de l'autre véhicule et prendre la fuite. En réaction, les victimes décidaient de se lancer à la poursuite du chauffard, mais l'homme finissait par freiner pile devant eux avec pour conséquence de fracasser l'avant de leur véhicule.

Ils n'étaient pas encore au bout de leur peine. La passagère qui ressortait du véhicule pour prendre des photos à l'avant de la voiture, se faisait percuter à trois reprises par l'homme en colère. Lorsque la victime finissait par ne plus se relever, l'individu prenait la fuite, nous a indiqué une source policière. 

La plaque d'immatriculation du véhicule identifiée

L'enquête était confiée à l'unité des atteintes aux personnes qui lançait les premières investigations. Le véhicule ne résultait pas volé et appartenait à une personne âgée placée sous tutelle. Les enquêteurs allait rapidement identifié le suspect qui n'était autre qu'un nancéien, le fils de la tutrice à savoir le neveu du propriétaire de la voiture.

Le suspect de 45 ans a été convoqué à l'hôtel de police de Nancy lundi matin puis placé en garde à vue. Ce dernier a reconnu son implication expliquant avoir été sous l'emprise de l'alcool au moment des faits. 

L'automobiliste s'est vu remettre une convocation pour le 7 mars 2023 dans le cadre d'une CRPC (comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité) doublée d'une COPJ (convocation par officier de police judiciaire). Il devra répondre de délit de fuite et violence avec arme avec ITT supérieure à 8 jours. Le préjudice matériel a été évalué à 15 000 euros pour le véhicule, la passagère blessée s'est vue délivrer 15 jours d'ITT.