Un policier blessé après un rodéo à Vandoeuvre-lès-Nancy

À la suite d'un rodéo motorisé en motocross le 20 mars à Vandoeuvre-lès-Nancy, un homme a été appréhendé. Le pilote a été jugé devant le tribunal judiciaire de Nancy et condamné. 

Les faits se sont produits le 20 mars 2022 vers 17h30 à Vandoeuvre-lès-Nancy . Le comportement d'un usager de la route et sa conduite à vive allure ont attiré l’attention de plusieurs automobilistes et riverains qui donnaient l’alerte. Grâce à une coordination rapide des services de la police nationale, l'information était d'abord transmise au centre d'information et de commandement (CIC) qui diffusait l'information d'un rodéo urbain à l'ensemble des patrouilles. L'individu était repéré dans les rues vandopériennes, mais échappait aux policiers. L'exploitation des images des caméras du centre de supervision urbain (CSU) du Grand Nancy permettait finalement de localiser l'individu en train de siroter une boisson sur le secteur du Vélodrome à Vandoeuvre-lès-Nancy. 

Pour le contrôler, une équipe du Groupe de sécurité de proximité (GSP) nuit se rendait sur les lieux mais à la vue des policiers, le pilote refusait de se soumettre aux injonctions et enfourchait aussitôt sa motocross. Un policier était victime d'un coup de pied et son collègue était projeté au sol par le démarrage de l'engin, il se verra délivrer un jour d'ITT. 

En selle, le pilote poursuivait de plus belle sa conduite dangereuse sur les voies de tramway et de bus mais aussi en effectuant des slaloms entre les véhicules. Des excès de vitesse se combinant à des accélérations intempestives, tous les ingrédients d'une conduite "extrêmement dangereuse", commente une source policière. 

Les investigations de l'unité des atteintes aux personnes de la DDSP 54 ont abouti sur l'identification d'un individu de 25 ans originaire de Jarville-la-Malgrange qui a été interpellé sur son lieu de travail sur le secteur du Bois de Haye jeudi matin. L'homme a reconnu les faits lors de sa garde à vue arguant avoir voulu tester la motocross qui lui avait été prêtée et avoir été "grisé par la vitesse". Il niait néanmoins toute volonté de blesser un policier. 

Le mis en cause majeur, faisait l’objet d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) ou plaider coupable vendredi pour "refus d'obtempérer, rodéo urbain et violence sur agent dépositaire de l'autorité publique". Écroué dans l'attente de sa comparution immédiate lundi devant le tribunal judiciaire de Nancy, il a finalement été condamné à une peine de dix mois de détention aménagée à domicile sous bracelet électronique, son permis a été annulé.