Nancy : gyrophare allumé et conduite rapide, le conducteur n'était pas un policier

Faits divers. Un chauffeur livreur de 35 ans auteur d'un rodéo motorisé en plein centre de Nancy a été interpellé et placé en garde à vue.

Vitesse excessive, slalom entre les véhicules, mépris de toutes les règles de sécurité, un conducteur de 35 ans n’est pas passé inaperçu lundi 14 mars 2022, vers 14h sur le secteur de Nancy, a-t-on appris ce jour de source policière.

Au volant d’une petite berline allemande, une BMW série 1, un chauffard s'est d'abord fait remarqué « à très vive allure » sur l'A330. C'est à la hauteur du magasin Botanic qu'un policier hors-service qui se rendait à l'hôtel de police intrigué par cette conduite et la présence d'un gyrophare dans l'habitacle, se déportait pour laisser passer le bolide. Intrigué toutefois, il sollicitait le 17 pour vérifier si ce véhicule pouvait appartenir au ministère de l'intérieur. Suite à une réponse négative du Centre d'Information et de commandement (CIC) le policier suivait à distance le véhicule constatant les infractions.

Le chauffard prenait la sortie du Parc des expositions et continuait sa cours folle vers le cimetière du sud, quai de la Bataille pour repartir sur les rues Gabriel Mouilleron et quartier Mondésert. C'est finalement du côté de la rue Foch et rue des Bégonias qu'il était interpellé sans résistance par les motards de la police nationale.  

En quête d'adrénaline

Le conducteur, un chauffeur-livreur nancéien âgé de 35 ans, était conduit au commissariat de Nancy où il a reconnu les faits. L'homme déclarait aux enquêteurs s'être vu offrir un gyrophare par des amis et avoir voulu se procurer une quête d'adrénaline et de sensations fortes en utilisant le dispositif lumineux. Il assurait par ailleurs aux policiers être « un excellent conducteur » tant dans son travail de chauffeur livreur que dans ses loisirs en pratiquant la Formule 1 en simulation de conduite virtuelle.  

Des explications qui n'ont pas suffi à convaincre les policiers, l'homme qui a vu sa garde à vue prolongée devrait comparaitre prochainement pour répondre de rodéo urbain devant le tribunal judiciaire dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).