Nancy : bagarre sur fond d'alcool à la sortie d'une discothèque, 3 Vosgiens en garde à vue

Photo d'illustration Photo d'illustration
Faits divers. Trois Spinaliens devront répondre de leurs agissements devant la justice au sujet de violences en réunion en octobre dernier à la sortie d'une discothèque nancéienne. 

Les faits se sont produits le 13 octobre 2019 au sein d'un établissement de nuit du centre-ville de Nancy. Ce soir-là, une altercation éclatait dans la discothèque opposant deux groupes de jeunes au sujet d’une fille. Un groupe de quatre Spinaliens, trois jeunes hommes et une jeune fille et le second, deux Nancéiens. Finalement, la situation se calmait avec l’intervention d’un agent de sécurité et la soirée suivait son cours. Peu avant la fermeture de la discothèque, les deux groupes quittaient l'établissement et retournaient à leurs véhicules. Sur la voie publique, les esprits s'échauffaient à nouveau, le groupe de vosgiens commençaient à prendre à partie les deux jeunes et s’en suivait une rixe. Parmi eux, un boxeur qui s’attaquait à son opposant nancéien lui aussi boxeur. De nombreux coups étaient échangés. Se sentant en difficulté, le Spinalien s’armait d’une pierre et frappait à plusieurs reprises son adversaire. Ce dernier, blessé, se verra prescrire 21 jours d’interruption temporaire de travail (ITT) pour des blessures, contusions au visage et sur les bras ainsi qu’une fracture du nez. 

Alerté par un témoin, une patrouille de police intervenait. Les trois Spinaliens, la jeune femme étant mise hors de cause, étaient placés en garde à vue à l’hôtel de police de Nancy. La victime transportée à l’hôpital déposait plainte le lendemain.

Suite aux investigations, les mis en cause ont été reconvoqués et placés en garde à vue mardi à l’hôtel de police de Nancy. « Le boxeur » spinalien mineur à l’époque des faits est poursuivi pour « violences en réunion avec arme par destination », il est convoqué devant le tribunal pour enfants d’Épinal en juin, les deux autres majeurs sont poursuivis pour « violences en réunion », ils seront convoqués en novembre à Nancy. Tous étaient alcoolisés au moment des faits.