VIDÉO. Homicide à Nancy : le suspect déjà condamné à 37 reprises a reconnu les faits

François Perain, procureur de la République de Nancy et Guillaume Crivelli directeur par intérim du SRPJ - photo ICN.fr François Perain, procureur de la République de Nancy et Guillaume Crivelli directeur par intérim du SRPJ - photo ICN.fr
Justice. Suspecté du meurtre par arme blanche d'un homme, le long du canal, boulevard Lobau à Nancy, un individu a été interpellé vendredi par la brigade anti-criminalité (BAC) de Nancy. L'homme a reconnu les faits ce samedi en présence de son avocat. Il a été placé en détention provisoire ce dimanche.  

Les faits se sont produits lundi 13 janvier vers 19 h à proximité de l’Institut Régional de Rééducation (IRR) le long du canal. Une femme croisait un individu portant une courte barbe blanche puis faisait face à la présence d'un homme au sol, blessé à la gorge. Elle tentait de lui porter secours et alertait les services de police. Grièvement blessée, la victime succombait à ses blessures. L’enquête de police confiée au SRPJ de Nancy permettait d’identifier cette personne comme Adrien Friedel né le 5 janvier 1983. Une information judiciaire était ouverte jeudi pour meurtre et un juge d’instruction, désigné par le président du tribunal, délivrait une commission rogatoire au directeur du SRPJ pour poursuivre les investigations. Le principal suspect, Michael 40 ans, était finalement interpellé vendredi 17 janvier 2020 vers 16 h 30 dans les rues de Nancy. Sans domicile fixe, son signalement avait été diffusé à l’ensemble des policiers de la sécurité publique. L’homme avait rasé sa barbe et était retrouvé en possession d'un couteau muni d'une lame de 8 cm pouvant « correspondre au type d’arme de la blessure mortelle ». 

Une conférence de presse, ce dimanche en présence de François Perain, procureur de la République de Nancy et Guillaume Crivelli, directeur par intérim du SRPJ, a permis de préciser les conditions de cette interpellation et la nature des liens entre l’agresseur et la victime. 

Coup mortel porté à la carotide. La victime est décédée à la suite « d’un coup porté violemment à la carotide, il ne s’agit donc pas d’un égorgement », a déclaré le procureur reprenant les observations du médecin légiste. « Il y a eu des fractures occasionnées par la force du coup qui a été porté » a ajouté le magistrat. Une balance de précision retrouvée sur la victime et l’exploitation du téléphone portable de celle-ci orientaient les enquêteurs sur une agression sur fond de stupéfiants dans le milieu toxicomane de Nancy. 

L’agresseur, SDF, déjà condamné à 37 reprises. L’exploitation de la facture détaillée du portable permettait également d’étayer les soupçons vers un certain « Michael » âgé de 40 ans. Le dernier à avoir eu une communication téléphonique avec la victime. Autres élements troublants qui ont fait sourciller les enquêteurs, juste après l’agression, ce dernier a désactivé son portable. Quant au profil de l’agresseur présumé, il se distinguait comme « très défavorablement connu des services de police ». Selon le procureur de la République, le dénommé Michael a été condamné à 37 reprises depuis 1997 dont sept fois pour des violences avec arme et trois fois pour trafic de stupéfiants.

L’agresseur qui niait les faits a finalement reconnu être l’auteur du coup mortel. Placé en garde à vue pour meurtre, il a été formellement reconnu par la témoin qui déclarait l’avoir croisé sur les lieux. Différentes auditions à savoir de l’amie qui logeait temporairement Michael, mais également du frère de l’agresseur ont permis aux enquêteurs de préciser les circonstances des faits. La victime et son agresseur s’étaient rencontrés dans la salle d’attente d’un cabinet médical, ils avaient convenu d’une transaction portant sur un échange de drogue à savoir de la drogue de synthèse MDMA (méthylène-dioxy-métamphétamine) contre de l’herbe de cannabis. Placé en garde à vue vendredi, le suspect a affirmé dans un premier temps aux enquêteurs que la transaction s’était bien déroulée écartant toute scène de violence. C’est dans une audition du samedi 18 janvier à 19 h 40 en présence de son avocat que Michael va reconnaitre les faits. « Il indique qu’au cours de la transaction, il y a eu une altercation que ça c’est mal passé et qu’il a porté un coup de baillonnette », a indiqué le procureur de la République de Nancy. Ensuite, le mis en cause a avoué avoir volé le sac contenant l’herbe de la victime et avoir jeté la baillonnette.

L'homme mis en examen pour meurtre par le juge d’instruction et à la suite de sa présentation devant le juge des libertés et de la détention, a été placé ce dimanche en détention provisoire. Il encourt jusqu’à 30 ans de prison.