Manifestation du 5 décembre : quatre hommes placés en garde à vue

La manifestation contre la réforme des retraites à Nancy jeudi 5 décembre - crédit ICN.fr La manifestation contre la réforme des retraites à Nancy jeudi 5 décembre - crédit ICN.fr
Lors du mouvement de grève national contre la réforme des retraites, quelques échauffourées ont éclaté à Nancy à la fin de la manifestation. Sur les six interpellations, quatre individus ont été placés en garde à vue.

Près de 7000 personnes selon la police se sont mobilisées à Nancy, jeudi 5 décembre pour protester contre la réforme des retraites. Aux alentours de 16h30, un petit groupe de « gilets jaunes » s’est exfiltré du cortège pour se rendre place Stanislas. Des échauffourées ont éclaté, conduisant les forces de l'ordre à faire usage de gaz lacymogène et à l’interpellation de six individus. Parmi eux, quatre ont été placés en garde à vue, a-t-on appris de source policière. 

D'abord un jeune Meurthe-et-Mosellan, soudeur de métier, âgé de 34 ans, l’homme est suspecté de s’être jeté à plusieurs reprises sur les boucliers des policiers avant d’être interpellé. Il s’est vu notifier une convocation par officier de police judiciaire (COPJ). Le second, un enseignant exerçant dans les Vosges. Né en 1972, il a été interpellé pour avoir outragé et proféré des insultes envers les forces de l’ordre. Il a reconnu les faits et sera jugé dans le cadre d’une Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité (CRPC). Le troisième, un postier né en 1977 s’est servi de mobilier extérieur de commerçants pour le projeter sur les forces de l’ordre. Il doit être jugé en Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité (CRPC), en vue d’une possible comparution immédiate lundi matin à 9h. 

Le quatrième, un étudiant nancéien de 20 ans a été interpellé sur le secteur de la rue Mazagran. L’individu multipliait les « quenelles » en direction des policiers. Il a reconnu les faits expliquant qu'il ne savait pas que ce geste était interdit et sera jugé dans le cadre d’une Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité (CRPC).

Selon la police, trois policiers ont été légèrement blessés lors de la manifestation.