Grand Nancy : trafic de stupéfiants, trois individus au tribunal

photo d'illustration - DR photo d'illustration - DR
Faits divers. Trois individus âgés de 20 à 33 ans ont été interpellés en possession d'un panel de drogues au cours du week-end dernier à Saint-Max et à Nancy...

Les deux affaires survenues ce week-end ont mobilisé la Brigade Anti Criminalité (BAC), la Brigade des stupéfiants et le Groupe d'Appui Judiciaire (GAJ). Samedi 10 novembre vers 15h20 à Saint-Max, une voiture stationnée Place Gérard Barrois avec cinq individus à son bord suscitait l'intérêt de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) qui procédait au contrôle d'identité des occupants. Une perquisition menée en présence d'un Officier de Police Judiciaire a permis aux forces de l'ordre de découvrir : « 128 g de résine de cannabis, 8 comprimés d'ecstasy, 17 pochons de poudre blanche qui s'avèrera être de la cocaïne », nous précise-t-on de source policière.

Interpellés et placés en garde à vue, trois des individus uniquement consommateurs ont été remis en liberté tandis que les deux autres étaient placés en garde à vue. La poursuite des investigations  et des perquisitions menées au domicile des mis en cause permettait à la police la saisie de 1560 euros en espèce,  403 grammes de cannabis , 43 g de kétamine, 51 g de MDMA,  230 cachets d'ecstasy et 9,6 g de cocaïne. Un panel de stupéfiants que les mis en cause réservaient à une rave party. 

Des pilules d'ecstasy dans les poches, un dealer interpellé à l'Autre Canal

Quelques heures plus tard, peu après minuit, les forces de police mettaient fin à un nouveau trafic à Nancy. La police était alertée de la présence d'un individu suspect repéré par un agent de sécurité de la salle de spectacles L'autre Canal. Sur cette personne, la police retrouvait 27 comprimés d'ecstasy et la somme de 50 €. Le jeune homme mis en cause, âgé de 24 ans et domicilié à Saint Max, a été placé en garde à vue. L'ecstasy qu'il revendait était de la même composition que celui saisi un peu plus tôt à Saint-Max. 

Ces trois individus placés en garde à vue, âgés de 20 à 33 ans et domiciliés à Saint-Max et Hammeville (Meurthe-et-Moselle) devaient être présentés lors d'une comparution immédiate ce mercredi devant le tribunal de grande instance de Nancy.